Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec prend le contrôle des travaux à Lac-Mégantic

La maire de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, et le ministre responsable de la région de l'Estrie, Réjean Hébert

La maire de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, et le ministre responsable de la région de l'Estrie, Réjean Hébert

Radio-Canada
|
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Québec et la Ville de Lac-Mégantic ont mandaté la firme Pomerleau pour poursuivre les travaux de nettoyage liés à la catastrophe ferroviaire qui a ravagé une partie de Lac-Mégantic le 6 juillet dernier.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, et la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, en ont fait l'annonce jeudi après-midi, quelques heures après que la Cour supérieure du Québec eut autorisé la compagnie ferroviaire Montreal, Maine & Atlantic Railway (MMA) à se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

C'est donc le gouvernement du Québec et la Ville de Lac-Mégantic qui prennent maintenant le contrôle des travaux.

Malgré ce changement, on prévoit toujours que les sinistrés pourront rentrer chez eux en juin 2014, a assuré le ministre. 

Pomerleau coordonnera les opérations de nettoyage et de caractérisation de la zone ravagée ainsi que de la rivière Chaudière et du lac Mégantic. La firme veillera également au retrait des voies ferrées existantes. Le gouvernement du Québec, par l'entremise de la Ville de Lac-Mégantic, assurera le paiement de ce contrat.

« Tous les effectifs et équipements nécessaires seront déployés pour assurer une action efficace et concertée des différents partenaires sur le terrain en offrant ainsi à la population de Lac-Mégantic le meilleur soutien possible », a soutenu Réjean Hébert.

Le contrat du gouvernement du Québec a été attribué à Pomerleau de gré à gré en raison de l'urgence des travaux de sécurisation et de caractérisation environnementale. Une fois ces étapes terminées, des appels d'offres seront lancés, notamment pour la décontamination, a précisé l'attachée de presse du ministre Hébert, Geneviève King-Ruel.

Retour sur les événements

Après l'accident, la MMA a engagé des entreprises pour assurer le nettoyage, mais elle a rapidement arrêté de les payer, soutenant ne plus avoir les fonds nécessaires. La Ville de Lac-Mégantic, appuyé par le gouvernement du Québec, a alors avancé les sommes nécessaires pour s'assurer que les travaux de nettoyage et de récupération des hydrocarbures se poursuivent.

La Ville a ensuite envoyé deux mises en demeure pour demander à la MMA de rembourser les sommes dues, tandis que Québec a ordonné à la MMA de remettre le site en état, sans que l'entreprise ne donne de réponse satisfaisante.

Comme la MMA est désormais sous la protection des tribunaux, le gouvernement du Québec et la Ville de Lac-Mégantic ont pris le contrôle des travaux et demandé à la firme Pomerleau de coordonner la suite des opérations.

Québec satisfait de la décision de la Cour supérieure

Au sujet de la décision de la Cour supérieure d'autoriser la MMA à se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, le ministre Hébert indique que cette mesure permet au gouvernement du Québec d'avoir un statut de créancier garanti, lui permettant ainsi de récupérer le maximum des dépenses encourues en raison de la catastrophe.

« Les victimes vont avoir une garantie, via le gouvernement du Québec, qu'ils pourront être dédommagés », a indiqué le ministre Hébert sur les ondes de RDI.

Par ailleurs, la Ville de Sherbrooke figure sur la longue liste des créanciers de la compagnie MMA pour un montant de 86 742,19 $, constitué essentiellement du non-paiement des taxes municipales, en date d'aujourd'hui, sur l'ensemble des parcelles de terrains dont MMA est propriétaire.

Hydro-Sherbrooke figure également parmi les créanciers mineurs de la MMA. Le montant impayé s'élève à 720,98 $, soit un compte pour l'électricité utilisée lors du soulèvement des barrières de sécurité sur les terrains de la MMA au cours des derniers mois.

https://ici.radio-canada.ca/sujet/lac-megantic Consultez notre section spéciale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !