•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les victimes de cyberintimidation en Nouvelle-Écosse ont une meilleure protection

Cyberintimidation

Photo : iStock Photo

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La nouvelle loi sur la cyberintimidation en Nouvelle-Écosse permettra aux victimes de poursuivre les personnes qui les harcèlent.

La loi, qui entre en vigueur mercredi, vise à protéger les victimes et à incriminer les responsables, selon le ministre de la Justice, Ross Landry.

Si les cyberintimidateurs sont des mineurs, la loi permet aux victimes de poursuivre leurs parents. La loi permet également aux victimes de demander une ordonnance de protection et d'imposer des restrictions aux cyberintimidateurs ou de les identifier.

Selon le ministre Landry, les nouvelles dispositions envoient au public un message clair, soit que la cyberintimidation est un acte grave qui entraîne de graves conséquences.

Glen Canning, père de Rehtaeh Parsons, est content. Il dit que cela aurait pu aider sa fille et prévenir sa mort. Selon sa famille, la jeune Parsons a été victime d'un viol collectif et une photo prise à ce moment avait circulé dans son école. M. Canning se demande toutefois comment la loi sera mise en application.

Le syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse réagit moins favorablement. La présidente du syndicat dit que ça sera très difficile de faire respecter la loi, et que les écoles n'ont pas suffisamment de ressources.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !