•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un journaliste détient 20 000 documents de Snowden

Glenn Greenwald à Brasilia

Glenn Greenwald à Brasilia

Photo : AFP / LIA DE PAULA

Radio-Canada

Edward Snowden, l'ex-consultant de la NSA et réfugié politique en Russie,  a remis à un journaliste du quotidien britannique The Guardian quelque 20 000 documents secrets.

C'est ce qu'a affirmé le journaliste Glenn Greenwald devant la Commission des relations extérieures du Sénat du Brésil, qui le questionnait au sujet des révélations d'Edward Snowden.

« Je n'ai pas compté exactement, mais il m'a remis entre 15 000 et 20 000 documents, très très complets et très longs », a-t-il déclaré.

« Les articles que nous avons publiés représentent une portion très petite » du contenu de ces documents, a ajouté M. Greenwald, qui a notamment révélé au grand jour les systèmes de surveillances secrets américains PRISM et XKeyscore.

Il va y avoir en toute certitude plus de révélations sur l'espionnage du gouvernement des États-Unis et des gouvernements alliés.

Glenn Greenwald

Le 10 juillet dernier, Glenn Greenwald, a expliqué que Snowden lui a remis en main propre les documents à Hong Kong, où il s'était réfugié avant d'aller à Moscou.

Edward SnowdenAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Edward Snowden, la source du Guardian

Photo : AFP / The Guardian

Le journaliste américain, installé au Brésil, a publié ces derniers jours dans le quotidien brésilien O Globo des articles dans lesquels il révélait que le Brésil faisait partie d'un réseau de 16 bases d'espionnage opérées par le renseignement américain.

La substance de ces articles provient des documents remis par Snowden.

Une Amérique du Sud indignée

Les pays membres du Mercosur - Marché commun  du Sud, regroupant des pays de l'Amérique du Sud - ont réitéré lundi au secrétaire général de l'ONU leur « indignation » devant les pratiques d'espionnage des États-Unis.

« Il s'agit de tirer la sonnette d'alarme sur des pratiques qui suscitent de graves inquiétudes dans le monde pour la souveraineté des États, la confiance nécessaire dans les relations entre les États et les droits des individus, dont le droit à la protection de la vie privée et à l'information », a souligné lundi le ministre brésilien Antonio de Aguiar Patriota.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International