•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque d'un python : la réglementation sur les reptiles en Mauricie

Python, l’animal se serait faufilé dans les conduits d’aération.

Python, l’animal se serait faufilé dans les conduits d’aération.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La mort de deux petits garçons de 5 et 7 ans, qui auraient été tués dans leur sommeil par un serpent, hier à Campbellton, au Nouveau-Brunswick, fait réagir en Mauricie et au Centre-du-Québec. 

Bien des gens se questionnent désormais sur la dangerosité de ces animaux et sur la réglementation des municipalités à leur sujet.

À Trois-Rivières, les pythons sont considérés comme des animaux domestiques. Ils ne sont toutefois pas enregistrés auprès de la municipalité, comme le sont les chiens et les chats. Le réglement sur la garde d'animaux de la Ville de Trois-Rivières prévoit que « l'autorité compétente peut abattre, faire abattre ou soumettre immédiatement à l'euthanasie un animal errant jugé dangereux pour la sécurité des personnes ou dont la capture représente un danger ».

La Ville de Trois-Rivières rappelle que tout dommage matériel ou physique causé par l'animal demeure la responsabilité de son propriétaire.

La Ville de Shawinigan plus sévère

À Shawinigan, chaque foyer a droit à deux petits reptiles insectivores ou herbivores au maximum. La Ville interdit donc les serpents puisque ceux-ci sont tous carnivores. 

Selon la Socitété protectrice des animaux de la Mauricie, cinq à dix serpents ou iguanes errants sont signalés chaque année dans cette région. Aucun d'entre eux n'a jamais été de la taille du python qui aurait tué les deux enfants à Campbellton.

Au Centre-du-Québec, la Ville de Bécancour n'a, pour le moment, prévu aucun règlement sur la garde des reptiles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !