Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retrait du Canada de programmes de l'OTAN touchera l'industrie aérospatiale

OTAN-Drapeau-avion

Photo : iStockphotos

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La décision du gouvernement de Stephen Harper de se retirer de deux programmes de surveillance de l'OTAN sera lourde de conséquences pour l'industrie aérospatiale canadienne.

La Défense nationale, souhaitant économiser 90 millions de dollars par année, a retiré sa participation du Programme du système aéroporté d'alerte lointaine et de contrôle (AWACS) et du programme de Capacité alliée de surveillance terrestre (AGS).

L'AGS est un programme récent qui utilise des drones pour des missions de surveillance.

Toutefois, des documents que La Presse canadienne a obtenus en vertu de la Loi d'accès à l'information démontrent que l'investissement du Canada dans ce programme rapportait des dizaines de millions de dollars en contrats à au moins cinq entreprises canadiennes de haute technologie. Cependant, comme l'armée canadienne retire sa participation, ces entreprises se verront exclues des prochains appels d'offres et ne pourront renouveler les contrats existants.

Entre 1992 et 2010, le Canada a injecté 161 millions de dollars dans la maintenance de la flotte d'AWACS de l'OTAN. En contrepartie, des entreprises canadiennes ont reçu 180 millions de dollars en contrats dans l'entente de service.

Le porte-parole militaire du Canada à l'OTAN affirme que la décision de se retirer résulte de la volonté du gouvernement de mieux gérer les dépenses liées à la défense.

La Presse Canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !