•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lumière sera faite sur la mort de Brian Sinclair, cinq ans après les faits

Brian Sinclair

Brian Sinclair

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La commission d'enquête publique sur la mort de Brian Sinclair commence ses travaux mardi à Winnipeg.

Brian Sinclair, un Autochtone de 45 ans, est mort au service des urgences du Centre des sciences de la santé de Winnipeg en 2008. Selon le médecin légiste en chef de la province, il aurait pu être sauvé par des procédures médicales de base.

La commission d'enquête publique se penchera sur le traitement réservé aux Autochtones, aux sans-abri et aux personnes handicapées dans le système de santé du Manitoba. Une avocate spécialiste des droits des Autochtones prononcera l'exposé préliminaire.

Une attente fatale

Brian Sinclair, qui était amputé de ses jambes, a attendu 34 heures au service des urgences de l'établissement de santé sans recevoir de soins.

M. Sinclair, qui n'avait en fait besoin que d'antibiotiques et d'un nouveau cathéter, a rendu l'âme à l'urgence, dans son fauteuil roulant, en raison d'une infection sanguine non traitée.

Des proches de Brian Sinclair croient qu'il a peut-être hésité à demander de l'aide, notamment en raison de ses troubles d'élocution.

Un revers pour les proches

Plus tôt cette semaine, la Cour du Banc de la Reine du Manitoba a rejeté l'appel des proches de Brian Sinclair, qui voulaient porter plainte.

Le tribunal a statué que la famille n'avait pas le droit de porter plainte pour un défunt en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !