•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TransCanada va de l'avant avec son oléoduc vers l'est du pays

Radio-Canada

L'entreprise TransCanada annonce qu'elle va poursuivre son projet d'oléoduc qui doit transporter du pétrole de l'Ouest canadien jusqu'à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, en passant par le Québec.

TransCanada explique que son appel de soumissions exécutoires pour l'utilisation du futur oléoduc Énergie Est a donné lieu à des contrats pour le transport d'environ 900 000 barils de pétrole par jour.

Le pétrole sera livré à Montréal, à Québec et à Saint-Jean.

En chiffres :

  • Le coût estimé du projet : 12 milliards de dollars.
  • Capacité projetée de l'oléoduc : environ 1,1 million de barils par jour
  • Mise en service : fin de 2017, avec livraison au Québec
  • Livraison au Nouveau-Brunswick : 2018

TransCanada prévoit convertir une section de 3000 kilomètres de son gazoduc pour le transport de pétrole. D'autres tronçons seront construits en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec et au Nouveau-Brunswick pour compléter l'oléoduc. L'infrastructure aboutira au terminal Canaport, à Saint-Jean, où du pétrole pourra être expédié à l'étranger à bord de pétroliers.

Le projet Énergie Est doit encore recevoir l'approbation de l'Office national de l'énergie. Entre-temps, le ministre des Ressources naturelles, Joe Oliver, se réjouit de la confirmation du projet. « Des initiatives comme celle-ci permettraient aux raffineries canadiennes de traiter beaucoup plus de pétrole canadien à des prix qui pourraient être plus bas, d'améliorer la sécurité énergétique du Canada et de rendre notre pays moins dépendant du pétrole étranger », souligne M. Oliver.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, David Alward, applaudit aussi le projet. « Ensemble, nous saisissons une occasion sans précédent qui nous permettra de créer des emplois pour nos travailleurs, de rebâtir les bases de l'économie de nos communautés et de financer les programmes sociaux, d'éducation et de santé que nos familles méritent », affirme M. Alward.

Le reportage de Michel Corriveau présente les réactions au Nouveau-Brunswick

De son côté, le gouvernement québécois dit qu'il analysera le projet « avec comme objectif de défendre les intérêts du Québec ». La première ministre Pauline Marois semble plutôt ouverte au projet.

Projet d'oléoduc de TransCanadaUne annonce du projet devant la raffinerie Irving, à Saint-Jean, jeudi. Photo : Marc Poirier/Radio-Canada

Un nouveau terminal maritime à Saint-Jean

Le nouvel oléoduc se rendra jusqu'au terminal Canaport, à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, où TransCanada et la pétrolière Irving prévoient construire un terminal maritime en eau profonde. La réalisation de ce projet de 300 millions de dollars devrait commencer en 2015, précise Irving.

Des consultations avec les communautés

TransCanada promet de consulter toutes les personnes et les collectivités touchées par son projet d'oléoduc. Avant même la confirmation du projet, la construction de l'oléoduc avait soulevé des craintes et des critiques de résidents dans certaines régions du Québec.

L'Assemblée des chefs des Premières Nations du Nouveau-Brunswick souligne pour sa part que certaines conditions devront être respectées pour qu'elle approuve le passage de l'oléoduc sur les terres traditionnelles des Autochtones. Les chefs veulent s'assurer du respect de l'environnement et des traités; ils veulent également une participation des Autochtones au projet.

Accueil favorable en Alberta
La nouvelle a été accueillie avec optimisme en Alberta.

« C'est une pièce importante de notre loyauté envers la création d'emploi et les investissements dans la province », a affirmé le ministre albertain des Finances, Doug Horner, qui se réjouit des importantes retombées économiques de ce projet.

Pour lui, il était primordial d'avoir un accès aux marchés étrangers et c'est exactement ce que permettra le nouveau pipeline.

Doug Horner est également persuadé que le projet rencontrera beaucoup moins d'opposition que les autres projets de pipelines, rappelant que  « 70 % du pipeline est déjà sous terre ».

Même l'opposition officielle s'est réjouie de l'annonce. La chef du Wildrose, Danièle Smith, estime que tout le monde y gagnera.

Elle a même félicité son adversaire politique, la première ministre Alison Redford, pour avoir défendu l'idée de construire un projet de pipeline vers les raffineries de l'est du pays.

C'est une situation gagnante pour tout le monde, autant l'Alberta que les autres provinces canadiennes

Danièle Smith, chef du Wildrose en Alberta

Les réactions sont positives chez les politiciens, mais les activistes de l'environnement, eux, ne voient rien de bon dans le projet.

« Ce pipeline ne va qu'aider une industrie qui détruit l'environnement. On ne devrait pas donner le feu vert à ce projet », dénonce Mike Hudema, de l'organisme Greenpeace.

À ne pas confondre

Le projet de TransCanada dans l'est du pays est distinct de celui d'Enbridge qui veut inverser le flux de son pipeline qui transporte actuellement le pétrole de Montréal à Westover, en Ontario. 

Énergies renouvelables

Économie