•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Côte-Saint-Luc : la police arrête l'homme barricadé

Le blindé de la Sûreté du Québec

Le blindé de la Sûreté du Québec

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'homme armé qui était barricadé depuis mardi midi dans sa résidence de l'arrondissement Côte-Saint-Luc, à Montréal, a été arrêté par les policiers du groupe tactique d'intervention, qui sont entrés en force dans la demeure, mercredi matin.

Les policiers avaient tenté pendant près de 24 heures d'obtenir la reddition de l'homme de 72 ans. Les agents du Groupe d'intervention tactique (GTI) ont procédé à son arrestation vers 8 h, après être entrés dans la résidence où se terrait le forcené.

Le suspect a été légèrement blessé au cours de l'intervention. Il a été transporté à l'Hôpital général de Montréal.

Depuis le début du siège, l'homme refusait catégoriquement de communiquer avec les agents, qui ont utilisé plusieurs tactiques pour le déloger, dont des gaz irritants et des équipements pyrotechniques, mais il demeurait dans sa résidence sans broncher.

Vers 5 h 30, un véhicule blindé de la Sûreté du Québec a enfoncé la porte avant, ainsi que des fenêtres de la résidence. Plusieurs détonations ont été entendues peu après 6 h.

« Ils [les policiers] ont fait feu deux fois en sa direction avec une arme qui tire des balles de caoutchouc. Ils l'ont atteint à deux reprises, une fois au haut du corps et une fois au bas du corps. L'homme est tombé au sol. On était en mesure de valider ça avec le robot qui se trouvait à l'intérieur. Quand les policiers ont été en mesure de confirmer que l'homme n'était plus en possession de son arme, il n'avait plus l'arme dans les mains, les policiers du GTI sont entrés à l'intérieur », a déclaré le porte-parole du Service de police de Montréal, Daniel Lacoursière.

L'homme, qui a ouvert le feu à au moins deux reprises sur les policiers lundi, possède plusieurs armes à feu. Au total, près de 200 sont enregistrées à son nom, mais on ignore pour l'instant combien d'armes se trouvaient dans sa résidence. Les policiers ont besoin de temps pour dresser l'inventaire exact de son arsena pour ensuite dresser la liste exacte des accusations.

Une longue nuit

Le blindé de la Sûreté du Québec perce une brèche dans la résidence.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le blindé de la Sûreté du Québec perce une brèche dans la résidence.

Toute la nuit, les agents ont tenté de lui faire entendre raison. Ils ont également utilisé du gaz lacrymogène, mais sans succès.

En soirée mardi, les négociateurs ont essayé d'entrer en contact avec l'homme à l'aide d'un porte-voix. Ils lui demandaient aussi de répondre à son téléphone ou de se rendre, un message qu'ils ont répété à plusieurs reprises.

On savait que l'homme pouvait être dangereux. Ce professeur de langue à la retraite collectionne les armes à feu. Il s'en est aussi pris à un policier il y a cinq ans alors qu'il était intervenu dans une dispute familiale.

L'histoire a commencé quand deux employés d'Hydro-Québec s'affairaient à travailler sur le terrain de l'homme. C'est alors qu'il les a menacés avec une arme à feu.

Le GTI a rapidement été appelé sur les lieux, et a érigé un périmètre de sécurité. C'est au moment où des membres du GTI se sont approchés de sa résidence que l'homme a ouvert le feu.

Un policier a été légèrement blessé à un pied par un éclat lors de la fusillade. L'agent a réintégré l'opération après avoir été traité sur place par les ambulanciers.

On ne connaît pas les raisons qui ont poussé l'homme de 72 ans à agir de la sorte.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !