•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oléoduc de TransCanada : le projet soulève l'inquiétude dans Portneuf

Michel Bertrand, conseiller municipal de Cap-Santé

Michel Bertrand, conseiller municipal de Cap-Santé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le projet de construction d'un pipeline reliant l'Ontario au Nouveau-Brunswick soulève des inquiétudes dans la région de Portneuf, près de Québec.

La compagnie TransCanada Pipeline prévoit construire un oléoduc entre Cornwall et Saint-Jean pour alimenter la côte est en pétrole albertain.

Le pipeline traverserait quelques municipalités québécoises. Les villes de Donaconna et de Deschambaults-Grondines figureraient au nombre de ces municipalités. Le maire de cette dernière, Gaston Arcand, affirme qu'il surveillera le projet de près.

Un oléoduc dans le contexte que l'on vit présentement par rapport à Lac-Mégantic, les gens sont en droit de se poser de sérieuses questions. Il faut s'en préoccuper. Il faut chercher à obtenir le plus d'informations possible.

Une citation de :Gaston Arcand, maire de Deschambaults-Grondines

À Cap-Santé, des conseillers municipaux demandent à la compagnie de modifier son tracé pour accommoder une compagnie de gravier.

« Comme ville, comme représentants des citoyens, on a des redevances sur les ressources naturelles de 54 cents la tonne sur le sable, donc on a demandé, les gens du conseil, de rencontrer les gens de TransCanada parce que nous aussi, on veut dire notre mot comme Ville », affirme le conseiller Michel Bertrand.

De son côté, la compagnie affirme vouloir tâter le pouls de la population avant d'aller de l'avant avec son projet. Des maires et des citoyens des villes ciblées ont d'ailleurs déjà été rencontrés.

« On rencontre évidemment les propriétaires des municipalités, l'ensemble des paliers de gouvernement pour éventuellement pouvoir déposer notre projet devant l'Office national de l'énergie. C'est à ce moment-là, seulement, une fois que l'ensemble du processus est terminé, qu'on sait exactement où ça va passer », précise le porte-parole de TransCanada, Philippe Cannon.

Ce dernier ajoute que la compagnie prévoit construire son pipeline près d'un gazoduc déjà en place pour minimiser le dérangement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !