•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Dziekanski : un policier reconnu non coupable

L'agent de la GRC Bill Bentley

L'agent de la GRC Bill Bentley

Photo : Darryl Dyck/Candadian Press

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'un des quatre agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) accusés d'avoir menti lors de l'enquête publique sur la mort de l'immigrant polonais Robert Dziekanski a été reconnu non coupable lundi.

Le procès de Bill Bentley, le mois dernier, avait été le premier de quatre procès pour parjure intentés contre les policiers qui ont intercepté M. Dziekanski à l'aéroport de Vancouver en octobre 2007.

Le nouvel arrivant, qui ne parlait pas anglais, avait été approché par les agents Bentley, Kwesi Millington, Gerry Rundell et Benjamin Robinson pendant qu'il lançait des meubles dans la zone des arrivées. Il a été atteint de plusieurs décharges de pistolet électrique avant de mourir sur le plancher de l'aérogare.

L'immigrant polonais se trouvait à l'aéroport depuis 10 heures et il ne pouvait pas communiquer correctement puisqu'il ne parlait pas anglais.

Robert Dziekanski à l'aéroport de VancouverAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Robert Dziekanski à l'aéroport de Vancouver

Photo : Paul Pritchard/Reuters/Presse Canadienne

Le policier fédéral avait déclaré aux enquêteurs et a écrit dans ses notes que M. Dziekanski avait attrapé une agrafeuse et s'était dirigé vers les policiers en criant avant d'être atteint par un tir de Taser et d'être plaqué au sol.

Les problèmes judiciaires de Bill Bentley ont débuté lorsqu'il a tenté d'expliquer, lors de l'enquête Braidwood en 2009, les différences entre ce qui pouvait être vu sur une vidéo amateur, rendue publique plus tard, et ce qu'il avait d'abord déclaré aux enquêteurs.

Au cours du procès en 2011, les quatre policiers avaient été accusés de parjure. La Couronne avait plaidé que Bentley et les trois autres policiers s'étaient consultés pour unifier les témoignages livrés aux enquêteurs, avant de mentir lors de l'enquête pour camoufler cette collusion.

Les trois autres agents doivent subir leur procès séparément. Ces procès devant jury se tiendront en novembre 2013 et février 2014.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !