•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cambodge : l'opposition conteste les résultats des élections

Le leader de l'opposition cambodgienne Sam Rainsy

Le leader de l'opposition cambodgienne Sam Rainsy

Photo : AFP / TANG CHHIN SOTHY

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le principal parti de l'opposition cambodgienne, le Parti du sauvetage national (CNRP), a rejeté lundi les résultats des élections législatives qui donnent la victoire au parti du premier ministre Hun Sen.

Dimanche, à l'issue du vote, le gouvernement a annoncé que le Parti du peuple cambodgien (CPP) avait remporté 68 sièges sur les 123 de l'Assemblée nationale, contre 55 à l'opposition, qui dénonce des irrégularités.

Le CNRP, dont la campagne a été galvanisée par le retour d'exil de son chef de file Sam Rainsy le 19 juillet, réclame la mise en place d'une commission avec des membres du CNRP et du CPP, ainsi que des représentants des Nations unies, de la commission électorale nationale et des ONG pour enquêter sur le déroulement du vote et rendre ses conclusions le 31 août.

« Il y a eu 1,2 à 1,3 million de personnes dont les noms ne figuraient pas sur les listes et qui n'ont pas pu voter. Ils ont supprimé notre droit de vote, comment voulez-vous qu'on reconnaisse cette élection? » a déclaré Sam Rainsy lors d'une conférence de presse.

Il y avait des noms fictifs, des noms seulement sur le papier, plus d'un million de gens qui se sont peut-être transformés en voix. Nous ne pouvons pas accepter ce résultat.

Une citation de :Sam Rainsym, leader de l'opposition cambodgienne

Les résultats annoncés par le gouvernement constituent déjà un recul important pour le parti de Hun Sen, au pouvoir depuis 28 ans, qui avait 90 élus dans le Parlement sortant, contre 29 à l'opposition.

Appel au calme

Sam Rainsy a appelé au calme après l'annonce des résultats et a salué « la participation pleine de dignité » du peuple cambodgien aux élections. Il a également invité ses jeunes partisans à ne pas semer le trouble, prônant « la paix et la réconciliation ».

Les élections se sont dans l'ensemble déroulées dans le calme, à l'exception d'une manifestation devant un bureau de vote de Phnom Penh pendant laquelle deux voitures de police ont été incendiées.

Sous le gouvernement de Hun Sen, le Cambodge, en ruines après le génocide khmer rouge de la fin des années 1970, s'est transformé en devenant l'une des économies les plus dynamiques d'Asie, notamment grâce à une industrie textile tournée vers l'exportation et à ses liens étroits avec la Chine.

Toutefois, la croissance s'est accompagnée d'une montée des tensions sociales alimentées par les mauvaises conditions de travail dans un pays de 14 millions d'habitants où un tiers de la population vit avec moins de 68 cents.

Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !