•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tunisie : un manifestant est mort à Gafsa

Une manifestation jeudi près du ministère de l'Intérieur à Tunis après l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi

Une manifestation jeudi près du ministère de l'Intérieur à Tunis après l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi

Photo : AFP / KHALIL

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un manifestant, âgé de 45 ans, a été tué dans la nuit de vendredi lors d'une manifestation à Gafsa, dans le centre-ouest du pays. La manifestation a été organisée pour protester contre l'assassinat jeudi du député Mohamed Brahimi.

Le manifestant a été tué lorsque la police a lancé des bombes lacrymogènes pour disperser la marche simulant des funérailles symboliques du député, qui sera inhumé samedi à Tunis.

La victime, un militant du Front populaire, une coalition d'extrême gauche, a été mortellement blessée par une bombe lacrymogène qui l'a atteint au niveau de la tête.

La police a chargé lorsque des centaines de manifestants ont tenté d'envahir le siège du gouvernorat (préfecture) dans le centre de la ville.

Après l'annonce de l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahimi, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs régions du pays.

La centrale syndicale UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens) avait appelé à une grève générale vendredi en signe de protestation contre cet assassinat.

Plusieurs bâtiments officiels et des locaux du parti islamiste qui dirige le gouvernement ont été saccagés ou incendiés jeudi et vendredi dans des villes de province.

L'assassin identifié, selon le gouvernement

Le gouvernement tunisien a désigné directement les islamistes extrémistes liés à Al-Qaïda comme responsables de l’assassinat du député Brahmi.

« Les premiers éléments de l'enquête ont montré l'implication de Boubaker Hakim, un élément salafiste extrémiste », a déclaré vendredi Lotfi Ben Jeddou, ministre de l’Intérieur.

M. Ben Jeddou a indiqué que l'homme était également impliqué dans l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd, tué aussi par balle le 6 février 2013.

Le suspect Boubaker Hakim, un trafiquant d'armes né en France, est connu pour ses liens avec les djihadistes, selon le ministre de l'Intérieur. Il ferait partie d'une cellule de 14 personnes liées à Al-Qaïda et a été identifié sur la base des preuves physiques et les récits des témoins.

M. Ben Jeddou a ajouté que « l'arme utilisée pour abattre Mohamed Brahmi est la même qui a servi à tuer Chokri Belaïd ». Il s'agit d'un pistolet semi-automatique 9 mm, a précisé Lotfi Ben Jeddou.

La police a récemment fouillé la maison du suspect et y a trouvé un autre pistolet, des explosifs et 90 séries de munitions.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !