•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éducation : la fin d'un programme de francisation au N.-B. froidement accueillie

École
Radio-Canada

La décision du gouvernement du Nouveau-Brunswick d'abolir un programme de francisation scolaire soulève des protestations.

Le programme des moniteurs de langue s'adressait à des élèves inscrits dans des écoles de langue française, mais dont la langue maternelle est l'anglais. Treize postes de moniteurs ont été supprimés en mai dernier.

Ce sont surtout les écoles de Miramichi, Saint-Jean, Fredericton et Moncton qui nécessitent les services des moniteurs en francisation pour accompagner, dès la maternelle, les enfants qui ne s'expriment pas ou peu en français.

C'est le cas à l'école Sainte-Bernadette, à Moncton, où presque 75 % des 200 élèves ont des parents d'origine francophone, appelés des « ayants droit ». On les appelle ainsi parce que la Constitution canadienne garantit leur droit d'inscrire leurs enfants dans des écoles françaises.

L'abolition du programme déçoit le président du comité parental d'appui à l'école Sainte-Bernadette, Franck Roublin. « Si ces enfants-là ont moins d'aide pour maîtriser le français plus vite, c'est sûr que ça finira par avoir un impact », dit-il.

La solution proposée par le gouvernement ne donnera pas selon lui les mêmes résultats. « On se retrouvera avec même pas 40 % des heures qu'on avait l'année précédente », ajoute M. Roublin.

La présidente de l'Association des enseignants et enseignantes francophones du Nouveau-Brunswick, Suzanne Bourgeois, est estomaquée. « Ça veut dire moins d'aide pour des élèves qui ont beaucoup de difficulté à suivre », déplore-t-elle.

Le ministre de l'Éducation, Jody Carr, n'était pas disponible pour faire des commentaires. Le ministère affirme toutefois, dans un courriel, qu'il va continuer d'assurer la francisation dans les écoles en travaillant étroitement avec les districts scolaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Éducation

Société