Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Syrie : des armes américaines livrées aux rebelles en août?

Des rebelles syriens en action à Alep

Des rebelles syriens en action à Alep

Photo : La Presse canadienne / PC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Congrès des États-Unis devrait permettre au président Barack Obama d'ordonner la livraison d'armes à la rébellion syrienne contre le gouvernement de Bachar Al-Assad, après avoir bloqué le projet pendant plusieurs semaines, a-t-on appris lundi auprès de plusieurs responsables.

Les États-Unis se sont engagés le mois dernier à offrir une aide militaire aux rebelles, après être parvenus à la conclusion que les forces de Bachar Al-Assad recouraient à un arsenal chimique.

Les deux commissions du renseignement du Congrès ont cependant ralenti le projet, par crainte que des livraisons d'armes ne profitent à la composante islamiste radicale de la rébellion.

« Nous avons travaillé avec le Congrès pour surmonter certaines de leurs préoccupations initiales, et nous considérons y avoir répondu et être en mesure d'aller plus loin », a déclaré une source proche de l'administration Obama, sous couvert de l'anonymat.

Mike Rogers, président de la Commission du renseignement de la Chambre des représentants, a confirmé que la chambre basse du Congrès devrait approuver la livraison d'armes, malgré de nombreux doutes.

« Nous pensons être en position de permettre à l'administration d'avancer sur la question », a dit le sénateur républicain, dont le parti domine la Chambre des représentants.

Il est important de noter que nous restons très réservés.

Sénateur Mike Rogers, sénateur républicain

La Commission du renseignement du Sénat, dominé par le camp démocrate, avait, quant à elle, donné son accord le 12 juillet.

Options étudiées

D'un point de vue juridique, Barack Obama n'a pas besoin de l'aval du Congrès pour décider des livraisons, mais Washington consulte traditionnellement les sénateurs et les représentants sur les questions de renseignement, et la Maison-Blanche s'était engagée à le faire lorsqu'elle a affiché son intention d'armer certains rebelles syriens.

Des organisations proches de l'Armée syrienne libre (ASL), principal groupe armé de la rébellion, estiment désormais que les livraisons d'armes américaines pourraient avoir lieu en août.

Toutes ces options permettraient sûrement de remplir le simple objectif militaire d'aider l'opposition et d'accentuer la pression sur le régime.

Général Martin Dempsey, chef d'état-major de l'armée américaine
Le général Martin Dempsey, chef d'état-major de l'armée américaineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le gén Martin Dempsey, chef d'état-major de l'armée américaine

Photo : La Presse canadienne / J. Scott Applewhite

Dans un courrier publié lundi, le général Martin Dempsey a fait la liste des cinq types de missions que pourraient effectuer les troupes américaines si Washington le demandait.

Martin Dempsey cite le fait d'entraîner et de conseiller les rebelles, l'exécution de frappes aériennes ciblées, la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne, la création de zones refuges pour les opposants à Bachar Al-Assad et le contrôle des armes chimiques.

« Les 10 dernières années, nous ont cependant appris qu'il n'est pas suffisant de modifier l'équilibre des forces militaires sans un examen attentif de ce qui est nécessaire pour préserver le fonctionnement de l'État », prévient néanmoins le général Dempsey. « Nous devons prévoir et nous préparer aux conséquences imprévues de notre action. »

Reuters

Conflit syrien : onde de choc au Moyen-Orient

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !