•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire de prostitution : le député Mike Allen refuse de démissionner

Le député Mike Allen à son bureau de circonscription

Le député Mike Allen à son bureau de circonscription

Photo : Mix 1037 FM News

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Mike Allen, député indépendant de Fort McMurray-Wood Buffalo, a indiqué lundi qu'il ne démissionnera pas de l'Assemblée législative albertaine, même s'il doit répondre à une accusation d'avoir sollicité ou tenté de solliciter les services d'une prostituée sur la place publique, à Saint Paul, au Minnesota.

Le politicien âgé de 51  ans a expliqué qu'il voulait d'abord explorer les moyens de rebâtir la confiance de ses électeurs, avant de décider s'il gardera son siège de député ou non.

« Je présenterai mes excuses à un grand nombre de personnes pendant une longue période. Je l'ai déjà fait devant mes parents, mes enfants et de nombreux amis, mais je dois faire face à ma communauté », a-t-il dit lors d'une conférence de presse à son bureau de circonscription lundi.

Mike Allen, qui a quitté le caucus conservateur de la première ministre Alison Redford mardi dernier, a décidé de continuer de siéger comme indépendant jusqu'au moins en octobre prochain. Il a aussi promis de prendre du temps pour découvrir ce qui, dans sa vie personnelle, l'aurait poussé à commettre les actes pour lesquels il doit faire face à la justice américaine.

Je trouverai ce dont j'ai besoin pour éviter un endroit où je risquerais de commettre ce type d'erreur. Être imputable à titre personnel signifie faire face à mes responsabilités de père, d'enfant, d'ami, de membre d'une communauté et de député pour cette communauté. Fort McMurray est ma maison. J'aime cette communauté et je ne me détournerai pas d'elle en temps de crise personnelle.

Mike Allen, député indépendant de Fort McMurray-Wood Buffalo (Alberta)

Le député rejette l'idée d'une élection partielle pour se faire remplacer. Selon lui, un tel choix serait coûteux et ferait perdre du temps, car il croit qu'une partielle prendrait jusqu'à six mois.

Réaction de l'opposition

Brian Mason, chef du NPD-Alberta, presse la première ministre de faire une déclaration claire sur l'avenir politique de Mike Allen. Selon M. Mason, Alison Redford doit clairement indiquer si le député de Fort McMurray-Wood Buffalo devrait démissionner.

Vendredi, la première ministre avait qualifié de « dégoûtant » le comportement de M. Allen. Ce n'est pas assez, pense Brian Mason qui ajoute que le député devrait quitter son siège s'il est reconnu coupable.

Piégé par la police

Élu en 2012 sous la bannière du Parti progressiste-conservateur de l'Alberta, Mike Allen a été arrêté la semaine dernière, à Saint Paul, au Minnesota. La police américaine lui avait tendu un piège par une annonce en ligne offrant des services d'escortes.

Le député, qui représentait l'Alberta à une conférence au Minnesota, aurait répondu par téléphone à l'annonce et deux policières déguisées en prostituées se seraient présentées à sa chambre pour un ménage à trois, selon des documents présentés en cour. Des policiers auraient surgi dans sa chambre pour l'arrêter, au moment où il aurait commencé à se dévêtir après avoir déposé 200 $ pour avoir des relations sexuelles avec les deux femmes.

« Je peux vous expliquer que ce n'est pas mon comportement habituel dans le passé et, ce ne sera pas mon comportement dans le futur », a assuré M. Allen pendant sa conférence de presse.

Dans un communiqué publié vendredi, le député, qui doit comparaître le 30 septembre, a réitéré ses excuses à ses proches et à l'ensemble des Albertains. Il a par ailleurs remboursé les 2000 $ utilisés pendant son voyage aux États-Unis.

S'il est reconnu coupable, il risque un an de prison et une amende de 3000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !