•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victime d'une infection à cause de son chien, une Ottavienne forcée d'être amputée

Christine Caron a dû être amputée de trois membres après avoir été mordue par son chien.

Radio-Canada

Une résidente d'Ottawa a dû subir l'amputation de trois de ses membres à la suite d'une infection contractée après avoir été mordue par son chien ce printemps.

Christine Caron, une mère de quatre enfants de 49 ans, jouait avec ses chiens le 22 mai dernier alors qu'un d'eux l'a mordue accidentellement. Les bêtes ont ensuite léché sa plaie.

Mme Caron n'a pas consulté sur le champ à la suite de l'incident. Toutefois, deux jours plus tard, elle a commencé à se sentir mal.

Je suis allée voir un médecin pour avoir une piqûre de tétanos, mais la clinique était fermée. Alors je me suis couchée ce soir-là en me disant que j'irais le lendemain matin. Et je ne me rappelle de rien après ce point-là. Je me suis réveillée un mois et demi plus tard à l'hôpital Civic.

Christine Caron

À son réveil, la dame a dû être amputée d'un bras et de deux jambes après avoir subi un choc septique à la suite d'une infection à une bactérie commune dans la salive des chiens (capnocytophaga canimorsus). 

L'hôpital d'Ottawa précise qu'elle n'est pas certaine si c'est la morsure ou le léchage des plaies par les chiens qui a entraîné l'infection.

La situation de Mme Caron est extrêmement rare, selon Santé  Canada. Seulement 200 cas ont été répertoriés dans le monde en 25 ans.

Une collecte de fonds

Il y a deux semaines, une des filles de Christine Caron a lancé une campagne de financement sur Internet dans le but de ramasser de l'argent afin de payer des prothèses pour sa mère, qui n'a pas d'assurance. L'argent servira aussi à adapter la résidence familiale à la nouvelle condition physique de Mme Caron.

Quelque 13 000 $ ont été amassés jusqu'à maintenant. Christine Caron soutient qu'il en coûtera 20 000 $ pour obtenir des prothèses pour ses deux jambes. Elle ignore toutefois combien elle devra débourser pour obtenir une prothèse pour son bras.

Depuis deux semaines, Christine Caron est dans un centre de réhabilitation pour apprivoiser sa nouvelle vie.

Avec CBC et Krystel Chauret

Ottawa-Gatineau

Société