•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trayvon Martin : des milliers d'Américains réclament justice

Manifestation à Chicago

Des manifestants crient leur colère à Chicago, une semaine après l'acquittement de George Zimmerman pour le meurtre de Trayvon Martin.

Photo : AFP / GETTY IMAGES/SCOTT OLSON

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des milliers de personnes ont manifesté aux quatre coins des États-Unis samedi pour réclamer « justice et équité » pour le jeune Trayvon Martin, une semaine après l'acquittement de son tueur, George Zimmerman.

Les manifestants ont réclamé des changements aux lois sur la légitime défense et des accusations fédérales pour violation des droits civiques contre George Zimmerman, qui a fait valoir avec succès sa non-responsabilité criminelle devant un jury de la Floride.

« Aujourd'hui, c'était mon fils. Demain, ce pourrait être le vôtre ! »

— Une citation de  Sybrina Fulton, mère de Trayvon Martin

Les rassemblements « Justice pour Trayvon » étaient organisés dans une centaine de villes par le National Action Network, l'organisation militante fondée et présidée par Al Sharpton. L'influent révérend a participé au rassemblement de New York, qui a attiré des milliers de personnes. À ses côtés se trouvaient la mère de l'adolescent, Sybrina Fulton, et le couple de musiciens Jay-Z et Beyoncé, qui ont mis leur notoriété au service de la cause.

« Comme Jay-Z me l'a dit, il est père et Beyoncé est mère. Nous avons tous des enfants et nous avons peur. Les lois doivent protéger tout le monde », a expliqué Al Sharpton. « Il fallait que je sois là. »

Les applaudissements de la foule new-yorkaise ont été les plus chaleureux lorsque l'un des orateurs a cité l'intervention très remarquée de Barack Obama, la veille.

Des milliers de personnes ont aussi crié leur colère à Los Angeles et à Chicago.

Le père du jeune Trayvon a pris part au rassemblement de Miami, non loin d'où son fils a été tué. La participation a toutefois été plus faible que prévu et plusieurs manifestants ont fait part de leur déception. L'évènement a été suspendu une demi-heure après avoir commencé en raison des fortes pluies.

« C'est un message clair. Nous n'allons pas rester les bras croisés. »

— Une citation de  Tracy Martin, père de Trayvon

À Washington, plus de 300 personnes ont bravé un soleil de plomb et une chaleur accablante pour se rassembler devant l'édifice de la cour fédérale et faire pression sur le gouvernement. À Atlanta, en Georgie, les participants ont fait fi de la pluie et se sont postés à l'extérieur du tribunal fédéral, bloquant la circulation dans les rues du centre-ville.

Des manifestants sur le pont de BrooklynAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants sur le pont de Brooklyn

Photo : AFP / Andrew Burton

« Douleur » de la communauté noire 

L'acquittement de George Zimmerman, un blanc d'origine hispanique, pour le meurtre d'un jeune noir a réveillé les vieux démons du racisme aux États-Unis.

Vendredi, Barack Obama, le premier président noir de l'histoire du pays, avait senti le besoin d'intervenir. Il avait évoqué la « douleur » de la communauté noire.

« Il y a 35 ans, j'aurais pu être Trayvon Martin. »

— Une citation de  Barack Obama

L'intervention du président a touché les parents du jeune adolescent.

« Nous sommes profondément honorés et émus que le président ait pris le temps de parler en public, et longtemps, de notre fils Trayvon. Ce qu'il dit nous donne de la force. En s'identifiant à notre fils, le président lui a rendu un hommage magnifique », ont-ils réagi dans un communiqué conjoint.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !