•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé sexuelle des jeunes immigrants menacée par les barrières linguistiques


Les bulletins scolaires ne sont pas considérés comme un service essentiel
Les bulletins scolaires ne sont pas considérés comme un service essentiel

Les barrières linguistiques pourraient mettre en danger la santé sexuelle des adolescents nouvellement arrivés au Canada, selon une étude qui suggère que l'éducation sexuelle devrait être adaptée au besoin des jeunes immigrants.

Près de 4500 élèves originaires d'Asie de l'Est de la 7e à la 12e année ont participé à l'étude de l'école des sciences infirmières de l'Université de la Colombie-Britannique.

L'étude explique que la grande majorité des élèves n'était pas sexuellement active pour des raisons culturelles, mais que parmi les 12 % des élèves qui l'étaient, un sur quatre consommait de l'alcool ou de la drogue avant une relation et près de la moitié des filles n'utilisaient pas de condom.

La chercheuse Yuko Homma explique qu'environ la moitié des adolescents chinois, coréens et japonais était récemment arrivés au Canada et ne parlait pas anglais à la maison.

La chercheuse souligne que des informations clefs pourraient échapper à ces adolescents lors des cours d'éducation sexuelle qui sont donnés en anglais. Yuko Homma pense que les cliniques pour jeunes et les programmes communautaires devront peut-être trouver un moyen de pallier la situation afin d'éviter des comportements sexuels risqués parmi cette population.

Elle note également que les parents de ces élèves n'ont probablement pas reçu d'éducation sexuelle formelle dans leur pays d'origine, car certaines cultures évitent le sujet.

« Beaucoup d'entre eux [les parents] pourraient ne pas être à l'aise de discuter de sexualité avec leurs enfants », explique Yuko Homma. « Je crois qu'il serait donc très bien d'offrir un programme d'éducation sexuelle et des ressources pour ces adolescents et leur famille. »

L'étude, publiée récemment dans le Canadian Journal of Human Sexuality, faisait appel à des données récoltées lors d'un sondage effectué dans écoles en 2008 par le McCreary Centre Society en collaboration avec le gouvernement de la Colombie-Britannique et les services de santé.

Les résultats des adolescents dans des programmes d'anglais langue seconde ou qui ne fréquentaient pas les écoles publiques n'ont pas été pris en compte.

Avec les informations de La Presse canadienne

Santé