•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La prise de poids au début de la grossesse peut donner un plus gros bébé, selon une étude

Une femme enceinte
Photo: iStock
Radio-Canada

Les femmes qui prennent trop de poids au début de leur grossesse sont presque trois fois plus susceptibles de donner naissance à un bébé plus gros, affirme une chercheuse et professeure adjointe de la Faculté d'éducation physique et sportive de l'Université de l'Alberta.

Margie Davenport et son équipe ont analysé la grossesse de 172 femmes ontariennes non fumeuses de 1995 à 2011. Les participantes avaient un indice de masse corporelle (IMC) d'au moins 18,5 de leur 16e à leur 20e semaine de grossesse.

Une personne ayant un IMC de moins de 18,5 est considérée comme trop maigre, mais si l'IMC est plus élevé que 24,9, la personne est considérée comme obèse. Une femme dont l'IMC se situe entre 18,5 et 24,9 gagne habituellement de 25 à 35 livres durant les neuf mois de sa grossesse. Source : Institute of Medicine of the National Academies

Les chercheurs ont incité ces femmes à faire de l'aérobie trois à quatre fois par semaine durant leur grossesse et celles-ci avaient aussi accès à de l'information relative à une saine nutrition.

Parmi les participantes, 52 % ont gagné du poids de manière excessive au cours de leur grossesse. Les résultats ont démontré que celles qui avaient trop engraissé durant la première moitié de leur grossesse étaient 2,7 fois plus enclines à donner naissance à un bébé plus gros et plus lourd. Ces bébés sont nés avec un pourcentage de gras corporel plus élevé que la moyenne.

« Bien manger et faire des activités physiques lors d'une grossesse engendre des bienfaits de longue durée pour la mère et l'enfant », souligne Mme Davenport. « Les bébés qui sont plus gros à la naissance ont tendance à devenir des enfants plus gros et risquent de devenir obèses et de développer des problèmes de surpoids à l'enfance et à l'âge adulte. »

L'étude de l'Université de l'Alberta a été publiée mardi dans le journal Obstetrics & Gynecology et les résultats ont été analysés selon les normes de l'Institute of Medicine of National Academies.

Santé