•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agrile du frêne: Gatineau perd la lutte

Ravages causées par l'agrile du frêne.

La bataille des autorités de la Ville de Gatineau contre l'agrile du frêne semble avoir été perdue.

Selon les experts, 100 % des frênes de la municipalité sont susceptibles d'être infestés, cet été. L'insecte ravageur a fait une progression significative dans la région depuis l'an dernier.

Un frêne sur cinq sur le territoire de la Ville de Gatineau devra être abattu au cours des cinq prochaines années.Un frêne sur cinq sur le territoire de la Ville de Gatineau devra être abattu au cours des cinq prochaines années. Photo : Laurie Trudel

Un frêne sur cinq sur le territoire de la Ville de Gatineau devra donc être abattu au cours des cinq prochaines années, soit environ 1000 arbres par année.

Jean-Pierre Martel est un des horticulteurs de la région qui lutte depuis des années contre l'agrile du frêne.

Chaque semaine, il sillonne la ville pour inspecter les frênes afin de tenter d'en sauver quelques-uns.

Nous regardons pour les signes, le degré et la sévérité de l'infestation. Nous avons des chartes pour vérifier jusqu'à quel point on peut encore intervenir.

Jean-Pierre Martel, horticulteur

Monsieur Martel croit que la Ville de Gatineau devrait mieux informer ses résidents sur la façon de traiter les arbres malades. Un programme de traitement au pesticide est en place à Gatineau, mais seulement une partie des frênes pourront être sauvés.

L'agrile du frêne étend ses ravages à cause en partie de sa propagation par l'activité humaine.L'agrile du frêne étend ses ravages à cause en partie de sa propagation par l'activité humaine.

Les experts ne connaissent pas le taux d'efficacité du traitement, mais Jean-Pierre Martel croit que les frênes qui ne seront pas traités d'ici la fin de l'été vont mourir l'an prochain.

« Abattre un arbre de façon traditionnelle coûte plus cher que de le faire traiter. Ce sont souvent des arbres avec des dimensions importantes qui font la beauté des cours des résidents, » explique l'horticulteur.

La Ville s'apprête à couper les frênes les plus fortement infestés d'ici la fin de l'été, car certains arbres pourraient représenter un danger pour la sécurité publique.

Les citoyens de Gatineau qui ont des frênes sur leur propriété et qui présentent des signes d'infestation à l'agrile du frêne sont priés de communiquer avec le 311.

L'agrile du frêne est un insecte ravageur venu d'Asie. Ses larves prolifèrent sous l'écorce, pouvant faire mourir les arbres. L'insecte n'a aucun prédateur naturel en Amérique du Nord. Sa présence sur notre continent a été remarquée en 2002 à Detroit, aux États-Unis, et à Windsor, dans le sud de l'Ontario. L'agrile a été détecté pour la première fois à Ottawa en juillet 2008. Un an plus tard, les premiers cas étaient signalés à Gatineau.

Ottawa-Gatineau

Environnement