•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accès à l'avortement restreint au Texas

Le reportage de Philippe Leblanc
Radio-Canada

Le Sénat du Texas a adopté samedi un des projets de loi les plus restrictifs des États-Unis sur l'avortement.

Le texte interdit les avortements après 20 semaines de grossesse, sauf si la santé de la femme est en danger immédiat.

Le Parlement du Texas a franchi la dernière étape de notre effort historique pour protéger la vie

Rick Perry, gouverneur du Texas

Selon les partisans du projet de loi, celui-ci protégera davantage la santé des femmes, car il impose des conditions très strictes aux médecins et demande qu'un médecin soit présent lors de la prise du traitement abortif.

De nombreux médecins, dont des représentants de l'Association américaine des obstétriciens et gynécologistes et de l'Association médicale du Texas, se sont opposés et remis en cause les arguments médicaux du projet de loi.

Selon les militants du droit à l'avortement, la nouvelle loi pourrait conduire à la fermeture de presque tous les centres d'avortement du Texas, n'en laissant plus que 5 sur les 42 actuels.

Le gouverneur républicain du deuxième État le plus populeux des États-Unis, Rick Perry, a promis qu'il signerait la nouvelle loi.

Les mesures approuvées par le Texas reflètent celles mises de l'avant au Mississippi, en Ohio, en Oklahoma, en Alabama, au Kansas, au Wisconsin et en Arizona.

Défaite du côté démocrate

Le vote s'est déroulé tard dans la nuit de vendredi à samedi. Le projet de loi a été approuvé par 19 sénateurs contre 11 et un démocrate a voté en faveur du Parti républicain, selon les médias locaux.

La sénatrice Wendy Davis Photo : AFP / ERICH SCHLEGEL

Hier soir, la sénatrice démocrate Wendy Davis a conclu son discours au Sénat sur ces mots :« la bataille pour l'avenir du Texas ne fait que commencer ».

En juin dernier, la sénatrice Davis avait fait échouer le vote d'un projet de loi similaire, en faisant obstruction au texte par un discours de 13 heures.

Les détracteurs du projet de loi soutiennent qu'il va à l'encontre de la décision rendue par la Cour suprême des États-Unis en 1973 qui a légalisé l'avortement et qu'il ne survivra pas aux poursuites judiciaires.

Avec les informations de Agence France-Presse, New York Times, et La Presse canadienne

International