•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feu vert au corridor pour le prolongement du train léger dans l'ouest d'Ottawa

Radio-Canada

Le Comité des transports de la Ville d'Ottawa a adopté à l'unanimité, mercredi après-midi, le tracé souterrain du couloir Richmond en tant que parcours privilégié du train léger sur rail dans l'ouest, entre les stations Bayview et Baseline. Ce plan a été approuvé, malgré les réserves de la Commission de la capitale nationale (CCN).

La Ville propose de recouvrir un tronçon de 700 mètres, plutôt que de 1,2 km comme le demandait la CCN, à proximité des résidences faisant dos à la promenade Sir-John-A.-Macdonald. La voie ferrée serait ainsi enfouie dans une tranchée de deux à trois mètres de profondeur, laquelle serait recouverte de béton puis de verdure.

Ces travaux, qui seraient terminés dans une dizaine d'années, feraient grimper la facture du train léger de 80 millions de dollars.

Le tunnel de 700 m serait recouvert de verdure.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le tunnel de 700 m, à proximité des résidences de la promenade Sir-John-A.-Macdonald, sera recouvert de verdure.

Photo : Ville d'Ottawa

Des citoyens s'étaient déplacés, mercredi matin, pour exprimer leur mécontentement envers ce projet. Au moins quatorze regroupements de résidents ont ainsi fait part de leurs préoccupations.

Par exemple, des groupes représentant des propriétaires de copropriétés ont revendiqué l'accès à la rivière des Outaouais et la vue sur le cours d'eau.

« La Ville ne prend pas en considération sérieusement les objections de ses citoyens. Vous avez entendu certains conseillers parler d'insignifiance, parce que je représente 94 propriétaires seulement. J'ai été traité un peu du revers de la main », estime Jacques Vachon.

Discussions avec la CCN

Par ailleurs, la Ville d'Ottawa juge que le délai exigé par la Commission de la capitale nationale pour obtenir plus de détails sur le projet est trop serré. La CCN souhaite obtenir ce rapport le 23 septembre, à l'occasion de la prochaine réunion du conseil d'administration.

Le Comité des transports a estimé, mercredi, que les délais sont trop serrés. Les élus ont toutefois précisé vouloir travailler de près avec la CCN pour aplanir les différends dans les prochaines années, d'ici à ce que le projet soit parachevé.

La CCN a imposé certaines conditions en vue du prolongement du train léger vers l'ouest, puisqu'elle est propriétaire des terrains situés à côté de la promenade Sir-John-A.-Macdonald. Elle demande ainsi que les futures installations n'entravent aucunement l'accès aux terrains et aux berges de la rivière des Outaouais.

En outre, les commissaires veulent « que le projet ait un impact visuel minimal sur la qualité du paysage du corridor et l'expérience des usagers ».

La CCN réclame aussi de couvrir les 1200 mètres de la portion qui longerait la promenade Sir-John-A.-Macdonald.

Il est clair que le patrimoine qui représente le corridor de la promenade Sir-John-A.-Macdonald est un patrimoine national qui doit être protégé au même titre que la communauté protège son [parc] linéaire Byron.

François Lapointe, vice-président aménagement de la Capitale à la CCN

Mercredi, le vice-président aménagement de la Capitale à la CCN, François Lapointe, a réitéré la position de l'organisme. « Le conseil de la CCN a établi très clairement des conditions. Ce que je comprends de la discussion des élus aujourd'hui, c'est qu'ils se sont engagés à continuer à collaborer avec nous », souligne-t-il, ajoutant que « [l']approche à la CCN est une approche de collaboration. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Transports