•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Égypte : la principale coalition libérale rejette le décret constitutionnel

Un drapeau égyptien en avant plan et des avions de l'armée dans le ciel

Photo : AFP / GIANLUIGI GUERCIA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La principale coalition libérale égyptienne a dit mardi soir rejeter en l'état le décret constitutionnel adopté la veille par le président intérimaire, qui fixe un calendrier de transition sur environ six mois.

Le Front de salut national (FSN), dont l'un des chefs de file, Mohamed ElBaradeï, a été nommé mardi vice-président chargé des affaires étrangères, a expliqué ne pas avoir été consulté
sur ce texte.

Le FSN a demandé au président par intérim Adli Mansour de le modifier, sans préciser quels changements il attendait.

Le décret a également été rejeté pour des raisons différentes par les deux principaux mouvements islamistes, les Frères musulmans et les salafistes d'Al Nour, ainsi que par des groupes de jeunes révolutionnaires et des personnalités politiques indépendantes.

L'Égypte, entre révolution populaire et pouvoir militaire

Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !