•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Innoventé s'installe dans l'ex-cartonnerie Rocktenn de Matane

Le ministre Pascal Bérubé, le PDG d'Innoventé, Richard Painchaud, la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet et le maire de Matane, Claude Canuel.

Le ministre Pascal Bérubé, le PDG d'Innoventé, Richard Painchaud, la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet et le maire de Matane, Claude Canuel.

Radio-Canada

Un pas de plus a été franchi vers la reconversion de l'ancienne cartonnerie Rocktenn de Matane. Le producteur d'énergie renouvelable Innoventé a signé son contrat avec Hydro-Québec pour la production de 7,2 mégawatts (MW) d'électricité produite à partir de résidus organiques.

L'entente, la troisième du genre pour Innoventé, ouvre la porte à une nouvelle vie pour l'usine de Matane, fermée depuis février 2012. Innoventé se prépare à investir 20 millions pour réaliser le nouveau complexe de cogénération.

Présente lors de l'annonce, la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, a fait valoir que Québec avait investi de plusieurs manières dans le projet. Cette dernière rappelle que Québec avait financé en 2009 la construction de la chaudière à biomasse de l'ex-usine Rocktenn qui sera récupérée par Innoventé.

Outre le fait, souligne la ministre, qu'Hydro-Québec achètera l'électricité 10,6 ¢ du kilowatt-heure, le gouvernement a accompagné l'entreprise dans son projet de recherche et développement. « On veut favoriser l'innovation technologique, on veut favoriser les emplois ici à Matane, 35 emplois en continu pour le projet, une centaine d'emplois pour la construction », déclare Martine Ouellet.

Partenaires recherchés

La ministre Ouellet relève par ailleurs qu'il y aura de la place dans l'usine pour l'installation d'autres entreprises.

Effectivement, pour concrétiser son projet, Innoventé devra se joindre à une entreprise qui utilisera la chaleur des installations. Pour ce faire, l'entreprise construira une serre sur le site de l'usine. La serre sera chauffée.

Il ne restera plus qu'à trouver un locataire, note le président d'Innoventé, Richard Painchaud. « On est une centrale de cogénération, Hydro-Québec exige qu'il y ait un côté utilisation de chaleur dans le procédé. C'est une obligation contractuelle, il y a un partenaire qui va être là », assure-t-il. Richard Painchaud souhaite fixer son choix d'ici 2014.

Le PDG d'Innoventé ajoute qu'il est en pourparlers avec d'autres investisseurs attirés par l'énergie disponible.

Le député de Matane et ministre du Tourisme, Pascal Bérubé, qui s'est également impliqué dans la relance de l'usine, est très optimiste et croit qu'à terme, le complexe de cogénération pourrait compter plus que les 110 emplois de l'ancienne usine Rocktenn. « C'est un investissement à court, mais aussi à long terme », relève le ministre Bérubé.

Une usine verte

Innoventé aura besoin de 100 000 tonnes de résidus par année pour produire son électricité.

Richard Painchaud explique que le procédé breveté de l'entreprise permet de recycler des déchets compostables, tant des rejets agricoles ou forestiers que des résidus d'usine de crevettes. Le procédé permet de sécher les résidus organiques grâce à des bioséchoirs, ce qui les transforme en biocombustible. « On s'approvisionne à proximité de nos usines. On se plaît à dire, ajoute M. Painchaud, qu'on réinvente la filière de la cogénération à la biomasse résiduelle, organique. »

Pour l'instant, Innoventé n'a conclu aucune entente d'approvisionnement.

Le président et directeur général de GDS, Sylvain Deschênes, confirme qu'il discute avec Innoventé depuis déjà un an. Le groupe produit annuellement quelque 170 000 tonnes de résidus forestiers et ce n'est pas toujours facile d'en disposer, admet M. Deschênes. « Avec les difficultés qu'on a à écouler nos coproduits, commente le PDG du groupe GDS, cette usine est très bienvenue. Ça peut faire un partenaire de plus pour vendre nos produits. » Environ 50 000 tonnes de résidus en provenance de GDS pourraient ainsi prendre le chemin de la nouvelle usine de Matane.

La Ville de Matane est aussi en pourparlers avec Innoventé pour disposer de ses matières résiduelles organiques. La Ville devra d'ici 2020 bannir l'enfouissement de ce type de déchets. Le maire de Matane, Claude Canuel, explique que la Ville a déjà envisagé quelques scénarios. « On a fait des simulations en termes de volume, précise le maire. Si on a la MRC et la municipalité de Matane toutes seules ou si on a la Haute-Gaspésie avec nous, ça nous donne quoi. »

Les travaux de construction doivent être lancés cet automne. Les premières livraisons d'électricité sont prévues pour l'été 2015.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Économie