•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accident ferroviaire de Lac-Mégantic ravive des souvenirs à Montmagny

Le maire de Montmagny, Jean-Guy Desrosiers

Radio-Canada

La tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic à des échos jusqu'à Montmagny. Pour les résidents de la municipalité, qui a connu cinq déraillements en plein centre-ville au cours des 50 dernières années, la catastrophe ravive de douloureux souvenirs.

La dernière fois, en 2007, un train de marchandises avait déraillé. Au total, 24 wagons avaient alors quitté les rails.

À l'époque, le Canadien National (CN) avait consenti à limiter la vitesse dans la zone urbaine pour une période de deux ans. Or, en 2009, le CN a rétabli la vitesse à 96 km/h.

Le maire de Montmagny, Jean-Guy Desrosiers, dénonce cette situation. « On a toujours cette épée de Damoclès au-dessus de la tête », déplore-t-il, faisant référence au chemin de fer qui passe directement au centre de la municipalité.

M. Desrosiers a néanmoins l'intention de poursuivre la bataille pour limiter la vitesse des trains du CN une fois pour toutes dans sa municipalité. « Je ne lance pas la serviette », déclare-t-il.

« Je demande au CN : "Réduisez votre vitesse quand vous passez dans mon milieu urbain". Suite à ce que vous avez connu comme situation depuis 50 ans, je pense que si j'étais à votre place, je ferais peut-être une dérogation mineure pour la ville de Montmagny », dit le maire Desrosiers.

https://ici.radio-canada.ca/sujet/lac-meganticConsultez notre section spéciale.

Des citoyens inquiets

Sylvie Vachon, une résidente de Montmagny

Sylvie Vachon, une résidente de Montmagny

De leur côté, les citoyens poursuivent la mobilisation et ont l'intention de faire circuler une nouvelle pétition dans les municipalités avoisinantes.

« On a vraiment peur puis on ne voudrait pas que ça nous arrive », dit Sylvie Vachon, les sanglots dans la voix.

Le son de cloche est le même du côté de Normand Bernier. « Ça roule vite, ça dépasse les 100 km/h. Si tu prends le train voyageur, lui, il passe toujours à 4 h le matin. Lui, il passe », déplore-t-il.

Québec

Société