•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Densification : le maire Labeaume partage le point de vue des gens d'affaires

Un aperçu du projet sur la rue Cartier.

Un aperçu du projet sur la rue Cartier.

Radio-Canada

Le cri du coeur des gens d'affaires du centre-ville de Québec qui dénoncent l'opposition de citoyens à plusieurs projets immobiliers est entendu par le maire de Québec, Régis Labeaume, qui partage leurs inquiétudes.

Les gens d'affaires craignent les conséquences sur la vitalité économique de la ville si tous les projets de développement sont bloqués.

Ils estiment la densification nécessaire pour assurer la vitalité des quartiers centraux. Or, les gens d'affaires se préoccupent du rejet, par des résidents, de projets de construction tels ceux de l'îlot Irving ou au coin de Cartier et de René-Lévesque.

Le maire juge la position des commerçants saine et constructive.

« Ils n'en ont pas contre les citoyens qui s'informent, débattent, s'opposent. Ils en ont contre un certain nombre de groupuscules qui s'opposent à tout, c'est ce qu'on voit actuellement, et la meilleure représentation de ça, c'est l'opposition au terrain Esso au coin de René-Lévesque et Cartier », affirme le maire.

Le maire Labeaume soutient qu'il a bien l'intention de poursuivre les efforts de densification du centre-ville pour contrer l'étalement urbain. « Toutes les tendances dans le monde sont vers la densification. Il faut le faire d'une façon correcte. Être contre la densification actuellement, c'est assez dinosaure [...] on ne recommencera pas à faire de l'étalement urbain à Québec, c'est extrêmement malsain », dit-il.

Quant à Johanne Elsener, présidente d'Héritage-Québec, qui s'est jointe à l'équipe de Démocratie Québec, elle entend faire du plan de densification du maire son principal cheval de bataille lors des prochaines élections municipales.

Elle craint la densification à outrance. « Je pense que c'est ça qui est important présentement, c'est d'aménager la ville, de la densifier, mais à l'échelle humaine et non pas de laisser aller un développement et une densification aveugles, un bar open pour les promoteurs. Il faut qu'on fasse une ville qui soit de qualité pour les citoyens, attrayante pour les citoyens, et qui assure sa prospérité à long terme », fait-elle valoir.

Johanne Elsener voudrait aussi que les grands domaines de Sillery soient protégés du développement immobilier pour être transformés en attrait touristique historique.

Québec

Société