•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un feu de forêt demeure non maîtrisé dans le nord du Québec

Le reportage de Catherine Kovacs

Cinq feux de forêt font toujours rage dans le nord du Québec, dont un demeure non maîtrisé. Ils ont forcé la fermeture de la route de la Baie-James et mené à plusieurs évacuations. Les températures chaudes font grimper l'indice d'inflammabilité des forêts, considéré comme extrême dans la région de la Côte-Nord.

Des 325 000 à 350 000 hectares ont été ravagés près de la Baie-James, soit environ trois fois la superficie du lac Saint-Jean. La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a envoyé 44 équipes, 14 avions-citernes et 22 hélicoptères pour combattre les flammes. Elle exerce une surveillance accrue sur le nord du Lac-Saint-Jean, l'Abitibi et toute la région de la Jamésie.

Des communautés isolées

La route de la Baie-James, seule voie d'accès terrestre reliant Matagami à Radisson, est fermée sur 301 kilomètres. Personne ne peut circuler entre le km 275 et le km 518 ainsi qu'entre le km 200 et le km 258 sur la seule voie terrestre permettant l'approvisionnement en nourriture et en essence dans la région.

La route qui s'étale sur 620 kilomètres dessert les communautés d'Eastmain, de Matagami, de Waskaganish, de Wemindji, de Radisson et de Chisasibi. Elle pourrait demeurer fermée dans les prochains jours. Le brasier la traverse à plusieurs endroits et la visibilité est réduite à cause de la fumée.

La police exhorte tous ses citoyens à ne pas tenter de se déplacer sur la route. De plus, comme les vents se dirigent vers le Sud-Ouest, cela pourrait empirer la situation le long de la route de la Baie-James.

Les citoyens doivent bien comprendre l'échelle et la magnitude de l'incendie d'Eastmain. N'ignorez pas les mesures recommandées par les autorités publiques.

Police Eeyou Eenou

Évacuations

Quelque 800 travailleurs et sous-traitants du projet minier Éléonore, dans le Nord-du-Québec, ont été évacués.

L'incendie avait déjà forcé l'évacuation partielle de la communauté crie d'Eastmain, samedi. Les 275 personnes évacuées doivent prolonger leur exil à Val-d'Or, au moins jusqu'à lundi. Des coupe-feux sont érigés autour du village qui se situe à 4 kilomètres du plus violent des feux.

Des incendies contrôlés sont prévus pour vendredi matin. L'objectif de ces feux créés volontairement est de limiter la propagation de l'incendie. En brûlant de manière préventive la végétation en périphérie du feu, l'incendie n'outrepassera pas le périmètre, faute de combustible.

Mercredi, la Société de développement de la Baie-James a pour sa part fait évacuer le relais au km 381, où travaillent une dizaine d'employés. Ils ont pu quitter l'endroit avant que les conditions routières ne deviennent trop dangereuses.

Pendant ce temps, sur les réseaux sociaux, des citoyens de la région isolée déplorent le manque d'information sur la situation.

Des conséquences dans le sud

L'incendie d'Eastmain a des répercussions jusque dans le sud de la province, où des pannes d'électricité ont eu lieu mercredi et jeudi, provoquant notamment l'interruption complète du métro de Montréal mercredi à l'heure de pointe. Hydro-Québec a confirmé que la chaleur intense et le feu près de la Baie-James ont fait disjoncter les détecteurs de chaleur électriques.

Le président-directeur général d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, a précisé en conférence de presse que la panne de métro de Montréal de mercredi n'avait pas été causée par un délestage. « Les événements seraient plutôt le résultat d'une réaction en cascade de la fluctuation de tension. Celle-ci a eu pour effet de déclencher des automatismes dans les systèmes de sécurité de différents clients, dont le métro de Montréal. Les intervalles pour la reprise de service des systèmes varient d'un client à l'autre. Afin d'éviter qu'une autre situation se produise, Hydro-Québec va procéder à une reconfiguration des transits sur l'axe de transport de la Baie-James, Manic-Outardes et Churchill Falls. »

Par ailleurs, la SOPFEU avait averti plus tôt cette semaine que l'odeur de la fumée des feux de forêt dans le nord de la province pouvait être sentie jusqu'en Ontario et au sud-ouest du Québec.

Aucune importante précipitation n'est prévue au cours des prochains jours et le danger d'incendie continuera d'augmenter.

Saguenay–Lac-St-Jean

Société