•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fred Horne a approuvé les bonus, après le congédiement du conseil d'AHS

Le ministre de la Santé, Fred Horne

Le ministre de la Santé, Fred Horne, a présenté le plan stratégique contre le tabac, lundi après-midi à Edmonton.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre de la Santé, Fred Horne, a approuvé en privé les primes des cadres de Services de santé Alberta (AHS) alors qu'il s'y opposait publiquement, révèle le rapport annuel des états financiers d'AHS, nouvellement publié.

Le rapport de l'organisme gouvernemental a été rendu public cette semaine, mais aucun communiqué n'a été diffusé pour l'annoncer.

Le 12 juin, le ministre Horne a provoqué une onde de choc lorsqu'il a congédié tous les membres du conseil d'administration d'AHS après qu'ils eurent refusé de revenir sur leur décision d'accorder des bonis d'une valeur totale de 3,2 millions de dollars aux cadres de l'organisme. Le conseil d'administration avait accepté de reconsidérer sa décision, mais avait souligné qu'il était légalement contraint d'honorer les contrats qui comprennent des primes de rendement.

M. Horne a ensuite remplacé le conseil par une administratrice de la santé, Janet Davidson.

Le rapport financier d'AHS démontre que le 19 juin, une semaine après avoir congédié le conseil d'administration, M. Horne a tout de même signé en privé le document. Le rapport signé inclut une description détaillée des bonis qui seraient accordés à une douzaine de cadres d'AHS. La valeur des primes varie entre 12 000 $ et 108 000 $.

Je crois que cela démontre clairement comment le gouvernement a été vraiment trompeur au cours de tout le processus.

Sandra Azocar, directrice générale de Friends of Medicare

Le ministre albertain de la Santé avait aussi dit que la raison principale qui l'avait poussé à congédier le conseil d'administration était que celui-ci avait refusé de permettre à certains cadres de ne pas réclamer leur prime.

Samedi, un article du Edmonton Journal a toutefois révélé que dans une lettre adressée à Fred Horne, Mme Davidson affirmait que le conseil était légalement contraint d'accepter les bonis. Elle y écrivait également qu'elle avait appris que certains cadres pourraient refuser de recevoir ces primes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !