•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Commission des accidents du travail veut réduire les cas de silicose

Mine

Mine (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Commission des accidents du travail de la Colombie-Britannique, WorkSafeBC, propose de nouveaux règlements pour réduire l'exposition des travailleurs à la poussière de silice, dont l'inhalation peut entraîner la silicose, une maladie pulmonaire pouvant être fatale.

Les règlements proposés concernent notamment l'utilisation d'eau pour diminuer la poussière en suspension, le recours à des évaluations de risque plus poussées et davantage de formation.

WorkSafeBC estime les coûts reliés aux cas de silicose à 1,2 million de dollars par année. Selon sa porte-parole, Megan Johnston, les employeurs ont été proactifs pour changer les règlements afin de mieux protéger leurs employés des risques de contracter la silicose.

De son côté, le président du Council of Construction Associations, Grant McMillan, appuie l'idée générale d'avoir des règlements pour contrôler la poussière de silice. Il ajoute toutefois qu'il faudra regarder de plus près les règlements proposés afin de s'assurer qu'ils sont efficaces et raisonnables.

Quant au directeur général de l'Association pulmonaire de la Colombie-Britannique, Scott McDonald, il fait remarquer que « plus il y a de protection, mieux c'est, spécialement quand il s'agit d'exposition à la poussière de silice ».

Des audiences publiques sont prévues au début de l'été 2015 afin de discuter des changements proposés par WorkSafeBC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !