•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé publique de Toronto en faveur de sites d'injection

heroïne injection
Un client prépare sa dose d'héroïne au centre d'injection supervisé Insite de Vancouver le 11 mai 2011. Photo: La Presse canadienne / Darryl Dyck

La santé publique de Toronto se dit en faveur d'un projet pilote de site d'injection supervisée dans la métropole, dans un rapport publié mardi. 

L'organisme soutient que le besoin d'ouvrir de tels sites dans la Ville Reine se fait sentir.

« Les sites d'injection sont des outils dont nous avons besoin pour réduire les risques et les dangers liés à la consommation de drogues injectables », soutient le Dr David McKeown, médecin hygiéniste au service de santé publique.

La santé publique de Toronto cite également en exemple les cliniques de Vancouver, d'Australie et d'Europe pour justifier sa recommandation. 

« Les services d'injection supervisée ont été mis en œuvre avec succès et de façon sécuritaire partout dans le monde. Ces cliniques permettent de réduire le nombre de surdoses et la transmission du VIH tout en s'attaquant au problème de santé publique qu'est la consommation de drogue », ajoute le Dr McKeown.

La santé publique de Toronto demande au gouvernement provincial de financer un projet pilote de site d'injection supervisée qui serait intégré à des cliniques de santé déjà financées par Queen's Park.

Le maire de Toronto Rob Ford s'était déjà opposé dans le passé à l'idée de voir de tels centres ouvrir leurs portes. Le chef de police de la métropole, Bill Blair, s'est lui aussi prononcé contre le projet.

Le rapport sera soumis au Conseil de santé le 10 juillet.

Débat national

La recommandation de la santé publique de Toronto survient après que le gouvernement fédéral eut déposé un projet de loi pour clarifier les règles qui permettent aux centres d'injection supervisée de drogue au Canada de fonctionner sans s'inquiéter de violer la loi.

Le centre d'injection supervisée Insite, à VancouverLe centre d'injection supervisée Insite, à Vancouver

En 2011, la Cour suprême du Canada jugeait que le centre d'injection de drogue supervisée Insite, à Vancouver, pouvait continuer de se prévaloir de l'exemption à la loi qui lui permet d'offrir ses services aux toxicomanes. L'appel du gouvernement fédéral, qui voulait faire fermer le centre, avait donc été rejeté.

Ontario

Santé publique