•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mali : la nouvelle mission de l'ONU officiellement mise en place

L’envoyé spécial onusien pour le Mali Bert Koenders  (à gauche) serre la main au chef de de la force africaine au mali Pierre Buyoya.

L’envoyé spécial onusien pour le Mali Bert Koenders (à gauche) serre la main au chef de de la force africaine au mali Pierre Buyoya.

Photo : AFP / HABIBOU KOUYATE

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une nouvelle mission de paix de l'ONU au Mali est officiellement entrée en jeu lundi pour assurer la sécurité et la stabilité du pays. La Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) intervient après l’engagement militaire franco-africain pour déloger les islamistes du nord du Mali.

Une élection présidentielle doit également s’y dérouler dans un mois.

La mission compte quelque 6 300 soldats présents dans le pays et désormais intégrés à la mission de l'ONU.

Sous le commandement du général rwandais Jean-Bosco Kazura, la MINUSMA sera composée d'ici la fin de l’année de quelque 12 600 hommes.

La tâche de la MINUSMA sera difficile, notamment en raison du climat politique instable.

La crise malienne

En mars 2012, un coup d’État militaire avait fait tomber toute la région aux mains des islamistes armés, notamment Gao, Tombouctou et Kidal. Pendant plusieurs mois, ces groupes liés à Al-Qaïda ont commis de nombreuses exactions.

Il aura fallu l’intervention des forces françaises appuyées par les forces ouest-africaines et tchadiennes, en janvier, pour les chasser.

Mais plusieurs éléments de ces groupes islamistes armés sont encore présents sur le territoire malien où ils commettent des attentats-suicide.

Les forces françaises encore présentes avec 3 200 soldats se retireront progressivement au profit de la MINUSMA. Leur nombre devrait atteindre un millier à la fin de l’année.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !