•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Émeutes au Xinjiang : le bilan s'élève à 35 morts

Un policier surveille la route empruntée mercredi par les émeutiers dans la ville de Lukqun, au Xinjiang.
Un policier surveille la route empruntée mercredi par les émeutiers dans la ville de Lukqun, au Xinjiang. Photo: AFP / MARK RALSTON

L'agence Chine nouvelle rectifie à la hausse le bilan des émeutes meurtrières survenues mercredi dans la région majoritairement musulmane du Xinjiang. Les autorités ont déclaré vendredi que ces heurts avaient fait 35 morts au lieu des 27 annoncés deux jours plus tôt.

Onze victimes sont des émeutiers abattus par des policiers et deux autres appartenaient au corps policier.

Depuis jeudi, les autorités chinoises empêchent les journalistes de se rendre dans la ville de Lukqun, où se sont produites les émeutes qu'elles ont qualifiées de « violente attaque terroriste ».

Basée aux États-Unis, la radio Free Asia a rapporté jeudi soir un bilan de 46 morts, dont 11 émeutiers.

Les deux parties s'entendent pour dire que la majorité des victimes sont d'origine ouïgoure, la minorité turcophone et musulmane du pays.

Ce bilan meurtrier arrive à peine une semaine avant l'anniversaire de l'un des affrontements les plus sanglants opposant les Ouïgours à la majorité Han, survenus dans la capitale régionale, Urumqui, en 2009. Les violences avaient fait 150 morts.

L'émeute de mercredi a commencé quand des gens « armés de couteaux ont attaqué les postes de police et le bâtiment du gouvernement local ». Des responsables régionaux du Parti communiste chinois cités par l'agence officielle racontent que les émeutiers ont « poignardé des gens et mis le feu aux véhicules de police ».

Avec les informations de Agence France-Presse

International