•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Libération des trois militantes de Femen détenues en Tunisie

Les trois Européennes militantes du l’organisation Femen, Josephine Markmann (à g.) et Pauline Hillier (au centre) lors de leur arrivée au ministère de l’Intérieur pour les dernières formalités avant leur départ de Tunisie.

Les trois Européennes militantes du l’organisation Femen, Josephine Markmann (à g.) et Pauline Hillier (au centre) lors de leur arrivée au ministère de l’Intérieur pour les dernières formalités avant leur départ de Tunisie.

Photo : AFP / FETHI BELAID

Radio-Canada

Les trois activistes condamnées à quatre mois de prison pour atteinte à la pudeur et aux bonnes mœurs en Tunisie ont quitté Tunis et sont arrivées jeudi matin à Paris.

Les deux Françaises et une Allemande, militantes de l'organisation féministe ukrainienne Femen, étaient détenues depuis près d'un mois pour avoir manifesté seins nus en soutien à une collègue emprisonnée deux semaines plus tôt.

Elles ont retrouvé la liberté dans la nuit de mercredi à jeudi, quelques heures après avoir été condamnées en appel à une peine avec sursis.

Lors de l'audience d'appel mercredi, les jeunes femmes avaient pour la première fois exprimé des regrets pour leur action seins nus du 29 mai à Tunis en appui à Amina Sbouï, une militante tunisienne de Femen emprisonnée depuis la mi-mai.

« Je regrette cet acte et je m'en excuse », a dit l'Allemande Josephine Markmann au juge Moez Ben Frej, qui lui faisait remarquer en français que « le droit musulman interdit de tels actes ».

« On ne pensait pas choquer les Tunisiens à ce point, il est hors de question pour nous de recommencer », a répondu à son tour l'une des deux Françaises, Pauline Hillier.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International