•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obama entame un périple africain

Le président Barack Obama, sa femme Michelle et ses deux filles, Sasha et Malia, se préparent à partir pour une tournée africaine, à la base militaire d’Andrews, au Maryland, le 26 juin 2013. Photo: AFP / JIM WATSON
Radio-Canada

Accompagné de son épouse et de leurs deux filles, Barack Obama a entamé mercredi un périple de huit jours en Afrique pour réaffirmer l'attachement des États-Unis à ce continent.

Ce voyage, qui l'emmènera successivement au Sénégal, en Afrique du Sud et en Tanzanie, est assombri par les mauvaises nouvelles en provenance de Pretoria, où l'ancien président et icône de la lutte contre l'apartheid, Nelson Mandela, est hospitalisé dans un état critique à l'âge de 94 ans.

Les Africains ressentent un lien particulier avec Barack Obama, premier président afro-américain de l'histoire né d'un père kényan.

Ses détracteurs lui reprochent toutefois une politique africaine timorée, dénuée de tout grand programme d'aide, à l'opposé de ce qu'avait réussi le démocrate Bill Clinton, et même le républicain George W. Bush.

Un agenda bien rempli

Au Sénégal, le président Obama rencontrera son homologue Macky Sall jeudi matin. Il discutera par la suite avec les juges de la Cour suprême du pays, avant de prononcer un discours sur l'État de droit.

En Afrique du Sud, le président prononcera un discours énonçant sa politique africaine à l'Université du Cap, sur les traces de Robert F. Kennedy qui, en 1966, avait comparé le combat contre l'apartheid à celui pour les droits civiques aux États-Unis.

Barack Obama, dont le programme pourrait être bouleversé à la dernière minute par l'état de santé de « Madiba », effectuera deux gestes symboliques en se recueillant sur l'île de Gorée, au large de Dakar, haut lieu de l'esclavage à destination des Amériques, ainsi qu'à Robben Island, le pénitencier au large du Cap où a longtemps été incarcéré Nelson Mandela.

Reuters

Avec les informations de Reuters

International