•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Trayvon Martin : deux témoins contredisent l'hypothèse de légitime défense

La technicienne en scène de crime Tracy Martin montre au jury l'arme utilisé pour tuer Trayvon Martin, un Kel-Tec 9 mm semi automatique.

La technicienne en scène de crime Tracy Martin montre au jury l'arme utilisé pour tuer Trayvon Martin, un Kel-Tec 9 mm semi automatique.

Photo : La Presse canadienne / Gary W. Green

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le procès de George Zimmerman, accusé du meurtre non prémédité d'un adolescent noir non armé en Floride, s'est poursuivi mardi avec le témoignage de la technicienne en scènes de crime qui a inspecté les lieux le 26 février 2012.

Diana Smith a expliqué au jury composé de six femmes qu'aucune trace de sang n'avait été trouvée sur le trottoir où George Zimmerman dit avoir été frappé par Trayvon Martin, 17 ans, lors d'une ronde de surveillance de son quartier dans la ville de Sanford.

Cette affirmation vient ébranler le récit de l'avocat de la défense Don West entendu lundi. « Trayvon Martin s'est armé avec le trottoir en ciment. Il l'a utilisé pour frapper violemment la tête de George Zimmerman... Voilà une arme mortelle », a raconté l'avocat de l'accusé.

Un autre témoignage, celui d'une voisine qui a vu par sa fenêtre la scène entre George Zimmerman et Trayvon Martin, a été entendu mardi par la cour. Même s'il pleuvait le soir de l'incident, Selene Bahadoor raconte qu'il s'est écoulé moins de 15 secondes entre le moment où elle a vu les deux individus se faire face et le moment où elle a entendu le coup de feu.

Zimmerman, 29 ans, a plaidé non coupable à une accusation de meurtre non prémédité, se défendant d'avoir agi par légitime défense après une bagarre. Il est passible d'une peine de prison à vie.

Depuis 2005, une loi de l'État de Floride autorise les personnes qui craignent pour leur vie à utiliser des armes mortelles pour se défendre. Le texte de loi précise que la personne qui se sent menacée n'est pas obligée de fuir, même si elle en a la possibilité.

Des appels au 911 à l'examen

Trayvon MartinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Trayvon Martin

Photo : AFP / MARIO TAMA

Toujours mardi, le juge a écouté cinq appels signalés en six mois par le surveillant volontaire lors de ses rondes.

Lors de ces appels au 911, George Zimmerman ferait chaque fois mention de suspects de couleur noire rôdant dans le quartier.

Le procureur souhaite utiliser ces enregistrements afin de prouver que l'homme de 29 ans avait tendance à faire du profilage ethnique.

Le juge devra décider s'il accepte que ces appels soient entendus par le jury.

Par ailleurs, la version de la copine de Trayvon Martin, qui devait comparaître mardi, est attendue bientôt par le procureur. La jeune fille parlait au cellulaire avec la victime durant les minutes qui ont précédé sa mort.

La mort du jeune adolescent non armé a soulevé un controversé débat aux États-Unis. Certains n'ont pas hésité à qualifier le crime de « raciste ».

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !