•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edward Snowden, traître ou héros?

Michel Juneau-Katsuya, ancien chef du SCRS

Michel Juneau-Katsuya, ancien chef du SCRS

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les révélations d'Edward Snowden font-elles de lui un traître ou un héros? Radio-Canada est allée poser la question à l'ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité, Michel Juneau-Katsuya, et à l'ancien lieutenant-colonel des Forces canadiennes Rémy Landry.

Pour M. Landry, il ne fait aucun doute que l'ancien agent de l'agence de sécurité américaine (NSA) est un traître, qui n'a pas respecté ses engagements vis-à-vis de son organisation. « Il a trahi l'engagement qu'il avait signé avec l'agence de la sécurité nationale, il n'y a aucun doute dans mon esprit », explique-t-il.

M. Landry estime que l'ancien analyste de la NSA doit faire face à la justice américaine, afin de montrer qu'il a voulu agir dans l'intérêt public, comme il l'affirme. « S'il est réellement convaincu, donc à ce moment-là, qu'il fasse face à la justice américaine, plutôt que de chercher à fuir », a-t-il expliqué, en entrevue lors de l'émission 24 heures en 60 minutes.

M. Juneau-Katsuya estime qu'Edward Snowden a contribué à mettre en lumière des situations qui méritent d'être débattues de manière publique, même s'il a agi illégalement.

« Il a bel et bien enfreint les lois américaines, toutefois, il a peut-être dénoncé quelque chose et engagé une discussion dans un processus démocratique [...] peut-être que les manières de le faire sont questionnables, mais la question de fond est importante », a indiqué M. Juneau-Katsuya.

L'ancien lieutenant-colonel Rémy LandryAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ancien lieutenant-colonel Rémy Landry

Photo : Radio-Canada

Selon lui, les autorités américaines ont utilisé des méthodes très discutables, dans le cadre de la guerre contre le terrorisme, à partir de 2001.

« On a organisé des prisons secrètes, on a commencé à faire de la torture, on a commencé à faire des assassinats sélectifs en dehors d'un cadre juridique [...] parce qu'on a dit que la fin justifiait les moyens, et c'est ça que Snowden met en lumière », a-t-il expliqué, en entrevue à l'émission 24 heures en 60 minutes. Mais selon M. Landry, c'est aux élus de déclencher un tel débat.

Des informations dont pourraient se servir des pays hostiles aux États-Unis

En révélant, à des pays hostiles aux États-Unis, comme la Chine, des informations censées être gardées secrètes, M. Snowden peut mettre en danger la sécurité des Américains, selon M. Juneau-Katsuya. « Snowden est allé révéler certaines opérations que les Américains avaient dans des pays étrangers, on est peut-être allé un peu trop loin », explique-t-il.

« Durant son court séjour à Hong Kong, il a probablement passé de l'information à nos alliés chinois et c'est probablement ce qu'il a fait aujourd'hui [...] en Russie », estime M. Landry.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !