•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le recteur de l'Université de Moncton promet un défenseur des étudiants

Raymond Théberge

Raymond Théberge, recteur de l'Université de Moncton

Photo : Nicolas Steinbach/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Raymond Théberge, recteur de l'Université de Moncton, acquiesce à la demande de la Fédération des étudiants et étudiantes du centre universitaire de Moncton (FÉÉCUM) et annonce qu'il a l'intention de créer un poste de défenseur des étudiants.

Un peu plus d'un an après son entrée en poste, le recteur admet qu'il y a un malaise autour de la transparence, de l'imputabilité des cadres, et du côté des étudiants, qui se sont plaints récemment de tentatives d'intimidation de certains cadres à leur égard.

Je pense qu'il est important de s'assurer que les étudiants se sentent à l'aise à l'Université de Moncton de faire valoir leurs plaintes dans un contexte confortable et sécuritaire.

Une citation de :Raymond Théberge, recteur de l'Université de Moncton

Pour l'instant, le recteur ne sait pas quelle forme prendra le poste de médiateur. Il pourrait s'agir d'un ombudsman ou d'un défenseur du droit des étudiants.

« La prochaine étape, il faut faire le diagnostic des propositions, qui vont sans doute aboutir au conseil des gouverneurs », explique-t-il.

Kevin ArseneauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kevin Arseneau, président de la Fédération des étudiants et étudiantes du Centre universitaire de Moncton

Photo : Nicolas Steinbach/Radio-Canada

Ce poste est nécessaire, rappelle le président de la FÉÉCUM, Kevin Arseneau. « Ça fait depuis 1971 qu'on demande pour un défenseur du droit des étudiants, encore en 2008, on l'accueille très favorablement. »

« Du côté des étudiants, on ne se le cachera pas, il y a une culture d'intimidation, nous on le voit très souvent à la Fédération », indique celui qui disait, il y a quelques semaines, avoir été victime d'intimidation de la part de la vice-rectrice aux affaires étudiantes et internationales, Marie-Linda Lord. « Il y a une culture, c'est clair, de professeurs envers les élèves, de cadres envers les étudiants, de professeurs envers des professeurs, il y en a un peu partout sur le campus. »

L'association étudiante refuse de crier victoire tant que la personne ne sera pas embauchée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie