•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Croisières Outaouais conteste son expropriation

Le Quai des artistes, où les bateaux de croisière accostent.

Le Quai des artistes, où les bateaux de croisière accostent.

Photo : Rachel Gaulin

Radio-Canada

Le propriétaire de Croisières Outaouais conteste son expropriation par la Ville de Gatineau dans le cadre du projet de revitalisation de la rue Jacques-Cartier. Robert Taillefer compte se présenter devant le Tribunal administratif du Québec pour faire valoir ses droits.

M. Taillefer demande plus de 5 millions de dollars à la Ville pour son expropriation, soit la valeur de son entreprise.

L'homme d'affaires a fait l'acquisition d'un terrain sur les rives de la rivière des Outaouais pour pouvoir exploiter son entreprise dans l'éventualité où la compagnie Croisières Outaouais serait chassée du Quai des artistes, près du pont Lady-Aberdeen. Depuis quelques mois, ce terrain est frappé d'un avis d'expropriation. De plus, le bail de Croisières Outaouais au Quai des artistes se termine en octobre 2014.

M. Taillefer demande depuis quelques années à la Ville de lancer un appel d'offres le plus rapidement possible pour déterminer quelle entreprise pourra exploiter des bateaux de croisières à partir du quai, qui doit être rénové au cours des prochains mois. Il estime avoir droit à un dédommagement et accuse la Ville de Gatineau d'être « de mauvaise foi » en plus de vouloir « tuer son entreprise ».

Il dénonce n'avoir eu droit à aucune rencontre avec l'administration municipale depuis 2007 pour discuter de ce dossier.

On n'a jamais réussi à avoir une rencontre à la Ville de Gatineau pour négocier une entente gagnant-gagnant.

Robert Taillefer, propriétaire, Croisières Outaouais

L'audience devant le Tribunal administratif du Québec doit avoir lieu en septembre. Robert Taillefer affirme que cette audience sera déterminante pour l'avenir de son entreprise qui emploie 40 personnes.

Pour sa part, le conseiller du district de Pointe-Gatineau, Luc Angers, se range derrière le propriétaire de Croisières Outaouais. Il souhaite lui aussi qu'un appel d'offres soit lancé dans des délais raisonnables et il dénonce les retards imposés par l'administration municipale.

On fait face à une administration qui, je pense, a autre chose en vue.

Luc Angers, conseiller municipal, Ville de Gatineau

M. Angers soutient que la démolition du Quai des artistes n'est plus une option.

Ottawa-Gatineau

Affaires municipales