•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chercheurs se pencheront sur les racines du bilinguisme au Nouveau-Brunswick

Bilinguisme

(archives)

Radio-Canada

Des universitaires étudieront le parcours parallèle des Acadiens et des loyalistes au Nouveau-Brunswick à une période charnière de leur histoire, soit à la fin du 19e et au début du 20e siècle.

Chantal Richard, de l'Université du Nouveau-Brunswick, dirige le groupe de chercheurs qui comprend aussi des gens de l'Université de Moncton et de l'Université St. Thomas.

Au cours des quatre prochaines années, ils creuseront pour connaître les sources du bilinguisme dans la province.

« Il s'agit de l'analyse de l'identité collective de ce que j'appelle deux nations périphériques, c'est-à-dire des peuples qui ne se définissent pas par des frontières géopolitiques : les Acadiens et les loyalistes. Donc, entre 1880 et 1940 », précise Chantal Richard.

Des textes de 23 publications en français et en anglais de cette période seront scrutés à la loupe.

C'était une période marquante dans l'histoire des deux peuples, souligne Mme Richard. « Les Acadiens se relèvent d'un traumatisme important évidemment, la Déportation, et sont dans une période de renaissance », explique-t-elle.

Les loyalistes soulignent cette année le centième anniversaire de leur arrivée à Saint-Jean à la suite de la guerre d'indépendance des États-Unis.

Les chercheurs ne se prononceront pas sur l'état du bilinguisme actuel ni sur ses retombées économiques. Ils croient toutefois que l'étude permettrait aux deux cultures de mieux se connaître pour poursuivre leur développement dans un climat le plus harmonieux possible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société