•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Montréal, Laurent Blanchard, promet une transition harmonieuse

Laurent Blanchard après son élection

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le nouveau maire de Montréal, Laurent Blanchard, promet la stabilité et la continuité à l'Hôtel de Ville jusqu'aux élections municipales du 3 novembre prochain. 

M. Blanchard, président du comité exécutif, a été élu maire de Montréal au terme d'une lutte serrée au conseil municipal, mardi. Il a obtenu 30 votes contre 28 pour Harout Chitilian, président du conseil municipal.

Jane Cowell-Poitras a obtenu trois votes. Les deux autres candidats en lice, François Croteau et Alan DeSousa, se sont retirés juste avant le début du scrutin au conseil municipal.

Laurent Blanchard, 61 ans, est un ancien élu de Vision Montréal qui siège maintenant comme indépendant. M. Blanchard a été assermenté dans ses nouvelles fonctions peu après 15h30 à l'hôtel de ville.

« Notre priorité absolue sera l'intérêt supérieur des Montréalais et nous exercerons nos pouvoirs dans un esprit de consensus et de collaboration. Pour les prochains mois, notre mot d'ordre sera la stabilité », a déclaré le maire dans son discours d'assermentation, promettant de maintenir l'équilibre entre les partis au comité exécutif.

« Ce qui nous attend, moi en particulier, c'est un beau défi. C'est aussi vertigineux, exaltant, angoissant. Mais je me console en me disant que je n'en ai que pour quatre mois », avait dit le maire élu dans un discours à l'issue du vote.

« Nous avons encore quatre mois devant nous pour démontrer que nous sommes capables de faire fonctionner Montréal dans une transition tranquille et dans l'harmonie », a-t-il poursuivi.

M. Blanchard a annoncé qu'il quittera ses fonctions de président du comité exécutif et qu'il recommandait Josée Duplessis, de Projet Montréal, pour assumer le poste. 

Il a aussi déjà indiqué qu'il se sera pas candidat à la mairie aux élections de novembre.

Défait par seulement deux voix, Harout Chitilian, un ancien d'Union Montréal qui siège maintenant comme indépendant, a félicité le nouveau maire, estimant que M. Blanchard allait faire un « travail remarquable ». Il a aussi promis de travailler avec lui.

L'opposition satisfaite

La chef de la première opposition, Louise Harel, s'est réjouie de la victoire de Laurent Blanchard, qui assure, selon elle, la stabilité à Montréal jusqu'aux élections du 3 novembre prochain.

Elle a vanté les qualités de « rassembleur » du nouveau maire. « Je pense que c'est la démonstration que cette coalition qui administre Montréal a été capable pour la seconde fois de sortir la Ville de la crise après l'arrestation de Michael Applebaum », a déclaré la chef de Vision Montréal.

Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a lui aussi félicité M. Blanchard et a souligné le geste posé par son candidat, François Croteau, qui a décidé de retirer sa candidature mardi matin.

« [Ça favorise] ce que nous recherchions avant tout, dans l'intérêt des Montréalais, soit la continuation d'une transition tranquille », a-t-il dit aux journalistes à l'issue de la séance, en rappelant que le vrai enjeu demeure les élections municipales de novembre.

Il a aussi réaffirmé sa confiance envers M. Blanchard en matière d'intégrité. « On n'a plus rien à craindre. Laurent Blanchard est vraiment au-dessus de tout soupçon », a-t-il dit.

Québec salue la rapidité du processus

Le gouvernement du Québec a félicité Laurent Blanchard et l'a assuré de son entière collaboration. Il a aussi salué la rapidité avec laquelle les élus ont procédé à l'élection du nouveau maire. « Je veux remercier tous les élus de la Ville de Montréal d'avoir exercé leur droit de vote avec rigueur et engagement malgré un contexte difficile », a déclaré le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault.

Selon le ministre, la nomination du nouveau maire permettra d'assurer une transition harmonieuse jusqu'aux élections. « Il ne reste que quelques mois à peine avant l'élection du 3 novembre, alors c'est important que Montréal ait une stabilité », a-t-il ajouté.

« Cette élection rapide démontre que les institutions montréalaises fonctionnent », a pour sa part soutenu le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée.

Croteau et DeSousa se retirent

Les élus devaient choisir entre trois candidats pour succéder à Michael Applebaum, après le désistement de François Croteau et d'Alan DeSousa. 

Le maire de l'arrondissement Rosemont-La-Petite-Patrie, François Croteau, de Projet Montréal, s'est retiré pour appuyer Laurent Blanchard. Le maire de l'arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa, un ancien élu d'Union Montréal, s'est également désisté et a donné son appui à Harout Chitilian.

Les cinq candidats ont prononcé un discours en avant-midi à l'hôtel de ville de Montréal. Chaque candidat pouvait prendra la parole pendant un maximum de 20 minutes pour faire valoir sa candidature. Après les discours, les élus ont procédé au vote.

Les trois candidats à la mairie intérimaire se disputaient un total de 61 votes. Il y a 65 postes de conseillers, mais 3 sont présentement vacants. Il s'agit des sièges de Gérald Tremblay, Claude Trudel et Michael Applebaum. De plus, une conseillère, Cindy Trudel de Rivière-des-Prairies, est absente.

M. Applebaum quittant le QG de la Sûreté du Québec à MontréalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

M. Applebaum quittant le QG de la Sûreté du Québec à Montréal

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Ce vote a été rendu nécessaire par la démission du maire intérimaire précédent, Michael Applebaum. Celui-ci a été arrêté à son domicile de Notre-Dame-de-Grâce le 17 juin par l'Unité permanente anticorruption (UPAC). Il fait face à 14 chefs d'accusation.

Michael Applebaum avait pris la relève de Gérald Tremblay en novembre dernier, promettant de former une coalition avec les différents partis et de mettre fin à la corruption. M. Tremblay a démissionné à la fin de l'année dernière à la suite de témoignages accablants à la Commission Charbonneau, mais aucune accusation n'a été portée contre lui.

La comparution au tribunal de Michael Applebaum est prévue pour le 9 octobre.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique