•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 1er septembre 1998, le village minier de Joutel disparaissait

Les vestiges du village minier de Joutel

Les vestiges du village minier de Joutel

Photo : Karine Mateu

Radio-Canada

Il y a 15 ans, le village minier de Joutel disparaissait.  Situé dans le Nord-du-Québec, à environ 80 kilomètres au sud de Matagami, Joutel fermait le 1er septembre 1998.

Aujourd'hui, sur l'emplacement du village, il ne reste plus que de vieux trottoirs et quelques fondations.

Alors que la nature fait disparaître tranquillement les vestiges de ce village minier, les souvenirs, eux, sont toujours bien présents.

Marcel Marceau a été le propriétaire de l'épicerie IGA de Joutel.  Il s'est rendu sur les lieux de l'ancien village de Joutel. Voici le récit de ses souvenirs.  

Marcel Marceau a habité à Joutel jusqu'en 1975

La famille de Gisèle Gauthier Pelletier est arrivée à Joutel en 1965. Elle était la 50e famille à s'y installer.  À cette époque, tout était à construire.

La famille de Gisèle Gauthier Pelletier a été l'une des premières familles à s'installer à Joutel

Le village minier de Joutel de 1965 à 1998

Fondée en 1965, Joutel a connu au cours de son histoire l'ouverture et la fermeture de quatre mines : la mine de Poirier, Joutel Copper Mine, la mine Agnico et les mines Selbaie.

La première période de développement de Joutel se situe entre 1965 et 1975.  Au cours de ces années, la mine de Poirier va attirer des centaines de mineurs de l'Abitibi-Témiscamingue et de l'Ontario.  Mais, après 10 ans d'exploitation, la mine de Poirier va fermer. Plusieurs résidents vont alors quitter le village. La population de 1000 habitants passera à 250. C'est ce que les Joutellois vont appeler le « crash de 1975 ».

Cependant, Joutel va connaître une deuxième période florissante.  Rapidement,  la mine Agnico va, à son tour, embaucher des mineurs et produire de l'or pendant près de 10 ans. Cette production sera accompagnée par celle des mines Selbaie. Ces mines vont permettre à Joutel de renaître.

Au cours des années 80 et 90, la petite localité va atteindre 1200 habitants. De nouvelles installations, dont l'aréna, seront construites.

En 1990, des retrouvailles sont organisées afin de célébrer le 25e anniversaire de Joutel.  

Mais, à peine trois ans plus tard,  la mine Agnico ferme et en 1998, c'est au tour des mines Selbaie.

Toutes les maisons seront déménagées et l'école, l'aréna et l'église seront démontés ou démolis.

Le 1er septembre 1998, la localité de Joutel fermait définitivement.

Source: Livre souvenir du 25e anniversaire de Joutel 1965-1990 et Municipalité de Baie-James

Journaliste: Karine Mateu

Caméra et montage: Vincent Desjardins

Abitibi–Témiscamingue

Urbanisme