•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'AMT reporte son projet de gare de train de banlieue à Mirabel

Radio-Canada

L'Agence métropolitaine de transport (AMT) a annoncé jeudi au maire de Mirabel, Hubert Meilleur, qu'elle devait suspendre pour une durée indéterminée son projet de gare de train de banlieue.

L'AMT a justifié sa décision par le fait que ce projet était contesté par plusieurs intervenants de la région.

« Objectivement, force est de constater qu'aucune unanimité sur la localisation favorisée de la gare ne ressort de cet état de situation. Dans les circonstances, l'AMT devra surseoir pour une durée indéterminée au projet de gare », peut-on lire dans la lettre de l'AMT envoyée au maire Meilleur.

Le maire de Mirabel est très déçu de cette décision, qui estime que le Parti québécois est « hypocrite » puisqu'il avait fait campagne en faisant la promotion des transports en commun. Le gouvernement est « à genoux devant des groupes de pression » de Montréal qui empêchent les gens des Basse-Laurentides d'avoir une gare, estime-t-il.

Quand on ne veut pas faire quelque chose, on trouve toutes sortes de moyens pour tuer son chat.

Le maire de Mirabel, Hubert Meilleur

Plus tôt cette semaine, un regroupement de promoteurs immobiliers de Mirabel avait donné son appui à la construction de la gare sur un terrain situé en zone agricole dans le secteur de Saint-Janvier.

De son côté, l'Union des producteurs agricoles (UPA) se réjouit. « On est fier. Mais on a juste gagné une manche, pas la guerre », affirme le président de l'UPA Outaouais-Laurentides, Richard Maheu, qui gardera un oeil ouvert tant que le lieu de la nouvelle gare n'aura pas été trouvé.

M. Maheu précise par ailleurs qu'il ne s'oppose pas au projet de l'AMT. Seulement, elle ne doit pas être construire sur des terres agricoles.

La zone agricole, c'est le garde-manger des générations futures. Tant qu'on n'aura pas compris qu'il faut mettre un frein à l'étalement urbain, qu'il faut densifier dans la zone blanche [non agricole], on va arriver à des confrontations.

Richard Maheu, président de l'UPA Outaouais-Laurentides

Société