•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lire vos émotions dans votre cerveau

Un homme cache ses émotions derrière le dessin d'un sourire

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Des scientifiques américains sont parvenus à déterminer l'émotion vécue par une personne à partir de son activité cérébrale.

La technique mise au point par les chercheurs Marcel Adam Just et Karim Kassam de l'Université Carnegie Mellon combine un examen par imagerie par résonance magnétique fonctionnelle et l'apprentissage automatique, un processus par lequel un ordinateur acquiert de nouvelles connaissances et améliore son mode de fonctionnement en tenant compte des résultats obtenus lors de traitements antérieurs.

Cette combinaison permet donc de visualiser le cerveau et de mesurer son activité pour ainsi réussir à lire avec une certaine précision les émotions d'un individu.

Cette percée permet d'illustrer comment le cerveau classe les sentiments et donne aux scientifiques une première technique fiable d'analyse des émotions.

Jusqu'à maintenant, la recherche sur les émotions était freinée par un manque d'outils fiables pour les évaluer, particulièrement parce que les gens sont souvent réticents à rapporter honnêtement ce qu'ils ressentent.

Pour compliquer les choses davantage, beaucoup de réactions émotionnelles peuvent ne pas être conscientes.

Cette nouvelle technique a le potentiel d'identifier les émotions sans avoir recours à l'interprétation que font les individus de leurs propres émotions. Elle pourrait être utilisée pour définir la réponse émotionnelle d'individus à pratiquement tous les stimuli, d'un drapeau à une marque, en passant par un candidat politique.

Karim Kassam

L'un des principaux défis de l'équipe de recherche était de trouver un moyen d'évoquer à plusieurs reprises et de manière fiable les différents états émotionnels des participants aux travaux.

Traditionnellement dans ce genre de recherche, les chercheurs montrent aux sujets des extraits de films et analysent leurs réactions. Cette méthode ne fonctionnait pas dans la présente étude parce que l'impact émotif peut diminuer en revoyant les images des films.

Les chercheurs ont résolu le problème en recrutant des acteurs de l'école d'art dramatique de l'université

Ces travaux se basent sur de précédents résultats obtenus par des collègues et qui utilisaient une technique similaire pour identifier les objets auxquels une personne pensait.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue PLOS ONE.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science