•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilinguisme, c'est bon pour les affaires

bilinguisme_conference_board

L'étude du Conference Board du Canada intituée «Le Canada, le bilinguisme et le commerce», a été réalisée pour le Réseau de développement économique et d'employabilité Canada (RDÉE Canada) et la Corporation d'employabilité et de développement économique communautaire (CEDEC).

Photo : Conseil de la Coopération de la Saskatchewan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une étude du Conference Board du Canada, intitulée Le Canada, le bilinguisme et le commerce, révèle que le bilinguisme aurait des effets bénéfiques sur l'économie du pays.

L'organisme conclut que la connaissance des deux langues officielles favorise de façon significative les échanges commerciaux avec les pays francophones.

À titre d'exemple, le Conference Board souligne que le Québec et le Nouveau-Brunswick exportent dans les pays francophones l'équivalent de 3 milliards de dollars de produits chaque année et que de ce nombre, 2 milliards de dollars seraient directement reliés à la connaissance de la langue française.

La Saskatchewan : un marché à conquérir au bilinguisme

À la lumière de ces données, le directeur du Centre des études municipales au sein du Conference Board, Mario Lefebvre, est d'avis que la Saskatchewan aurait tout avantage à élargir ses stratégies de commerce.

« Tout est une question de stratégie, de mettre en place des créneaux et justement de se servir des francophones de la Saskatchewan pour essayer de tisser ces liens commerciaux. Ne perdons pas de vue qu'on a aussi des francophones en Saskatchewan et qu'eux aussi peuvent nous ouvrir la porte des pays francophones », a souligné M. Lefebvre.

Le directeur du Conseil de la Coopération de la Saskatchewan, Robert Therrien, estime pour sa part que cette étude servira de référence aux francophones de la Saskatchewan pour prouver l'utilité de la présence du français dans le monde des affaires de la province.

« La première étape c'est de rencontrer nos collègues du ministère de l'Économie de la Saskatchewan pour leur présenter les résultats de l'étude et de voir comment nous, la communauté francophone comme le gouvernement provincial, on peut travailler ensemble pour profiter davantage de ce qui est démontré dans l'étude », a expliqué M. Therrien.

Le Secrétaire provincial responsable des Affaires francophones en Saskatchewan, Wayne Elhard, s'est dit quant à lui, ravi par les conclusions du rapport.

Si nous avons l'opportunité d'entamer et augmenter nos relations commerciales avec le Maroc ou l'Algérie, c'est quelque chose que nous aimerions beaucoup se voir concrétiser.

Une citation de :Wayne Elhard, responsable des Affaires francophones en Saskatchewan

Wayne Elhard reconnaît néanmoins que le faible pourcentage de la population bilingue dans la province limite les occasions de tisser ce type de liens économiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario