•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aussant met sa carrière politique en veilleuse

Le compte rendu de Davide Gentile
Yanick Cyr

Le chef d'Option nationale, Jean-Martin Aussant, annonce son retrait de la vie politique. M. Aussant a indiqué qu'il était incapable de mener de front sa carrière politique et son rôle de père.

M. Aussant est devenu père de jumeaux il y a deux ans, et il a cru être en mesure de « mener ces deux chantiers de front ». « Je me rends maintenant compte qu'il est pénible de conjuguer ces deux projets sans devoir inévitablement en négliger un pour m'occuper de l'autre », a déclaré M. Aussant. « Et, trop souvent, c'est la famille qui tombe dans la première catégorie. »

J'ai donc pris la difficile décision de me retirer de la vie politique le temps que ma situation familiale soit plus propice à un engagement aussi intense et entier que celui de faire de la politique active.

Jean-Martin Aussant

La voix étranglée par l'émotion, M. Aussant a remercié ses collaborateurs et les 8000 membres du parti pour leur implication.

M. Aussant précise qu'il est toujours passionné par la politique et par le projet souverainiste. À l'intention des militants d'Option nationale, il rappelle que le parti est le leur et qu'ils ont le devoir de faire progresser leur projet. « Quand la moitié d'une population se prononce en faveur de la souveraineté lors d'un référendum, il serait insensé qu'aucun parti ne travaille activement à faire progresser cet appui au-delà des 50 %. »

Jean-Martin Aussant avait reçu en mars l'appui de 97 % des militants lors d'un vote de confiance au congrès du parti à Montréal. Les militants s'étaient aussi entendus pour verser à M. Aussant un salaire de 86 669 $.

Conscient du coup que son départ porte à son jeune parti, M. Aussant ne s'inquiète toutefois pas pour la suite des choses. « Ce sont les idées et la cause qui ont d'abord attiré chez Option nationale, avance M. Aussant. La cause dépasse le chef de quelque parti que ce soit. »

Tout en rappelant sa formation économique, M. Aussant a indiqué ne pas avoir de projet professionnel pour l'instant. « J'ai des collègues en finances, j'ai fait carrière là dedans, on se parle de temps à autre, mais je vous dirais que les discussions que j'ai eues avec mes anciens collègues de la finance sont des collègues outre-mer. »

Il estime que, dans le contexte politique actuel, seule Option nationale peut faire progresser la souveraineté.

M. Aussant a souligné l'exploit d'ON qui, en pleine période de cynisme envers les politiciens, a réussi à attirer 8000 membres, 120 candidats et plus de 80 000 votes lors de ses premières élections.

Le coeur y est encore, mais le temps me manque.

Jean-Martin Aussant

« Nous nous reverrons! », a continué M. Aussant. « Merci et à la prochaine fois. »

Fondé en octobre 2011, quelques mois après le départ de M. Aussant du Parti québécois, le parti Option nationale a obtenu un peu moins de 2 % des votes lors des élections générales du 4 septembre dernier.

Québec solidaire rend un hommage appuyé à Aussant

Québec solidaire s'est dit surpris par la démission de Jean-Martin Aussant. Mais le parti de gauche a salué « la contribution importante du chef d'Option nationale au débat politique et son engagement en faveur de la souveraineté du Québec ».

« Grâce à son engagement pour que le Québec devienne un pays, il a suscité un espoir certain auprès de plusieurs jeunes souverainistes. Il faut saluer cette énergie qui a redonné le goût de la politique à toutes ces personnes », a déclaré la porte-parole du parti, Françoise David.

L'été dernier, M. Aussant a accepté de ne présenter aucun candidat dans Gouin, circonscription de Mme David, alors que Québec solidaire s'est abstenu dans Nicolet-Bécancour.

Pauline Marois salue « la passion » de M. Aussant

La première ministre Pauline Marois a souligné « la passion et la détermination » qu'a Jean-Martin Aussant à l'égard de la souveraineté du Québec.

« Aujourd'hui, je veux lui témoigner tout simplement mon respect, lui souhaiter bonne chance pour la suite des choses », a-t-elle déclaré dans une brève déclaration aux journalistes.

Mme Marois dit être certaine que M. Aussant continuera à défendre avec passion la souveraineté.

Lorsqu'un journaliste lui a demandé si elle avait l'intention d'appeler les membres d'Option nationale à rallier le parti, Mme Marois a dit qu'elle se contentait « aujourd'hui » de souligner son respect pour M. Aussant.

« Je ne veux pas qu'on ouvre une quelque autre proposition ou avenue qui pourrait éventuellement être élaborée », a-t-elle tranché.

Politique provinciale

Politique