•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'urgence du centre Cloutier-du Rivage pourrait changer de vocation

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Centre Cloutier-du Rivage

Centre Cloutier-du Rivage

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Radio-Canada a appris que l'urgence du centre Cloutier-du Rivage dans le secteur Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières pourrait désormais ne plus être une urgence en bonne et due forme, mais bien un centre ambulatoire ou une clinique réseau.

Selon nos informations, la transformation du centre Cloutier-Du Rivage pourrait prendre environ trois ans, le temps de réorganiser les opérations et d'installer dans le secteur un groupe de médecine familiale (GMF).

L'urgence du Centre hospitalier régional de Trois-Rivières (CHRTR) deviendrait par le fait même la seule sur le territoire trifluvien.

Ni l'Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec, ni le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Trois-Rivières n'ont voulu confirmer ce changement de vocation.

Des médecins et du personnel infirmier ont écrit ou appelé la députée de Champlain Noëlla Champagne pour solliciter son aide. Ces employés du centre Cloutier-du-Rivage constatent les changements d'orientation dans leur milieu de travail et demandent des explications.

Noëlla Champagne a téléphoné au ministre de la Santé Réjean Hébert pour lui faire part de ses préoccupations. Il lui aurait répondu que « l'Agence a tout le loisir de faire des mouvements si c'est pour améliorer la situation. »

Ce changement de vocation de l'urgence du centre Cloutier-du-Rivage signifie que les cas les plus lourds seraient redirigés vers l'urgence du CHRTR, qui est déjà l'une des plus achalandées au Québec.

Bon an mal an, l'établissement du Cap-de-la-Madeleine accueille 33 000 patients.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !