•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ambulance Nouveau-Brunswick essuie les critiques du commissaire aux langues officielles de la province

Ambulance Nouveau-Brunswick
Radio-Canada

Le commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick a publié un rapport d'étude exhaustif à la suite de plaintes de patients ayant reçu des soins en anglais seulement.

Dans cette étude de 22 pages et de nombreuses pages en annexe, Ambulance Nouveau-Brunswick se fait ramener à l'ordre.

Le commissaire aux langues officielles, Michel Carrier, lui demande de clarifier sa politique linguistique et d'assumer son rôle avec conviction afin que son personnel adhère aux principes de la Loi sur les langues officielles.

Le commissaire recommande également qu'Ambulance Nouveau-Brunswick réexamine toute la question des niveaux de compétence linguistique en tenant compte des déplacements de ses travailleurs paramédicaux à travers la province.

Danny Sonier est à l'origine de la première plainte. Ce patient a affirmé s'être fait bombarder de questions en anglais alors qu'il ne comprenait rien à ce que les deux ambulanciers lui disaient.

Danny Sonier s'est dit satisfait du rapport, mais n'a pas l'intention d'abandonner sa lutte.

On va se plaindre au plus haut tribunal s'il le faut, parce qu'il y a des choses injustes qui se font sur [notre] dos.

Danny Sonier

Le commissaire recommande aussi qu'à court terme, le service ambulancier trouve une solution temporaire pour que chaque équipe paramédicale ait un profil linguistique adéquat conforme à la loi.

Il propose qu'Ambulance Nouveau-Brunswick et ses différents syndicats négocient afin de surmonter les obstacles qui entravent la délivrance de services bilingues partout et en tout temps.

Murielle, la soeur de Danny Sonier était sur place lors de l'intervention des ambulanciers en février.

« On n'a aucune dualité linguistique au Nouveau-Brunswick, malgré le fait qu'on est une province officiellement bilingue, dit-elle. C'est toujours de se battre et là, ça va à l'encontre. Là, c'est la sécurité des gens et la santé qui sont dans le milieu de tout ça. »

L'avocat de la famille Sonier, Martin Aubin, croit que la lutte juridique ne fait que commencer. « Dans notre système de droit, si vous voulez, ça se traduit par des dommages en argent. »

Le commissaire aux langues officielles Michel Carrier n'était pas disponible pour commenter le rapport.

Ambulance Nouveau-Brunswick souhaite étudier le rapport avant de réagir.

Acadie

Société