•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rapport souligne les inégalités chez les Autochtones

Un totem au parc Stanley de Vancouver

Un totem au parc Stanley de Vancouver

Photo : Philippe Moulier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un rapport sur les situations défavorables du quotidien des Autochtones a été publié lundi par la Commission canadienne des droits de la personne (CCDP).

Le document s'appuie essentiellement sur des données de Statistique Canada.

Il explique que par rapport aux autres Canadiens, les Autochtones ont des revenus médians après impôts moins élevés et qu'ils sont plus susceptibles de toucher des prestations d'aide sociale.

Les Autochtones risquent aussi d'être davantage victimes d'actes criminels violents et de se voir incarcérés plus souvent sans obtenir une libération conditionnelle.

Des conditions défavorables

L'étude analyse un éventail d'autres indicateurs, dont l'éducation, la santé et le logement.

Selon ses auteurs, 5 % des hommes autochtones âgés de 25 à 64 ans seraient détenteurs d'un baccalauréat, alors que la proportion est de 18 % chez les hommes non-autochtones.

Environ 23 % des adultes vivent dans un logement nécessitant des réparations majeures, mais cette situation ne concerne qu'à peu près 7 % des non autochtones.

Parmi les chiffres sur la santé, la CCDP remarque « une proportion plus élevée d'adultes autochtones dans les classes d'obésité ».

Les auteurs soulignent que les statistiques proviennent d'enquêtes menées entre 2005 et 2010, mais que le rapport donne un meilleur aperçu des Autochtones vivant hors des réserves.

« Dans les réserves, par contre, les lacunes sont considérables. Dans certains cas, il n'y a tout simplement pas de données », précise la CCDP.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !