•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sénatrice Wallin s'excuse et assume ses responsabilités

La sénatrice indépendante Pamela Wallin, autrefois conservatrice, se confie à Peter Mansbridge dans une entrevue diffusée le 13 juin 2013.

Dans une entrevue accordée à Peter Mansbridge, la sénatrice Pamela Wallin, de la Saskatchewan, a reconnu ses torts relativement à ses dépenses.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La sénatrice de la Saskatchewan Pamela Wallin s'excuse et assume ses responsabilités quant aux dépenses qu'elle a indûment réclamées et pour lesquelles elle a dû démissionner du caucus conservateur.

En entrevue à la CBC, la sénatrice maintenant indépendante a admis que le remboursement de 38 000 $ qu'elle a effectué concernait des vols qu'elle n'aurait pas dû réclamer.

Elle admet qu'elle aurait dû réviser ses allocations de dépenses plus attentivement, mais souligne du même coup que le service des finances du Sénat n'a jamais sonné l'alarme à ce sujet.

Pamela Wallin a précisé que ses dépenses de logement, par contre, répondaient aux règles.

Elle soutient n'avoir jamais parlé de cette affaire directement avec le premier ministre Stephen Harper.

Par contre, elle parlait régulièrement avec l'ex-chef de cabinet de M. Harper, Nigel Wright. Contrairement à ce qu'il a fait pour un autre sénateur, Mike Duffy, M. Wright ne lui a jamais offert d'aide financière, dit-elle.

Nigel Wright a démissionné de son poste en raison de la controverse soulevée par le versement d'un chèque de 90 000 $ à M. Duffy, qui a pour sa part quitté le caucus conservateur. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a ouvert une enquête criminelle sur cette affaire.

Mme Wallin a raconté jeudi qu'à la mi-mai, un représentant du Parti conservateur lui avait donné une heure pour démissionner du caucus, à défaut de quoi elle aurait été  congédiée.

On ignore pour l'instant si l'ex-journaliste et animatrice à CBC et à CTV devra rembourser plus d'argent encore que les 38 000 $ qu'elle a déjà restitués. La firme Deloitte, mandatée en février par le Sénat pour examiner la validité des allocations des sénateurs dans le scandale des dépenses, a indiqué que le rapport sur d'autres dépenses de la sénatrice sera remis à la fin du mois de juillet.

Mme Wallin a par ailleurs démissionné jeudi d'un deuxième conseil d'administration en moins d'une semaine.

Avec les informations de Daniel Thibeault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !