•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les policiers ont les cyclistes à l'oeil

Conduite des cyclistes
Radio-Canada

Les policiers de Montréal mènent une offensive contre les cyclistes délinquants. L'opération déplaît toutefois aux adeptes du vélo, qui disent se faire arrêter « pour des broutilles ».

La communauté cycliste a donc décidé de s'organiser. Des blogues et des pages Facebook sont lancés pour dénoncer les « trappes à tickets » des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Pour Vélo Québec, les policiers font leur travail en donnant des contraventions aux cyclistes qui ont des comportements dangereux, mais l'organisme soutient que parfois, ils font un excès de zèle. D'autant plus, dit Vélo Québec, que les policiers appliquent un code de la sécurité routière qui est désuet et qui ne tient pas compte de tous les changements techniques qui ont depuis été apportés aux bicyclettes. « Si on applique le code à la lettre, c'est clair qu'on peut donner des centaines de contraventions par jour », dit la PDG de Vélo Québec, Véronique Lareau, qui demande aux policiers de faire preuve de discernement.

Les amendes demeurent peu élevées - 41 $ pour un arrêt ou un feu rouge grillé (138$ plus les frais pour un automobiliste) et 51 $ pour avoir roulé avec des écouteurs dans les oreilles - mais l'accumulation de trois points d'inaptitudes sur le permis de conduire irrite aussi particulièrement les cyclistes.

De son côté, le SPVM soutient qu'avec l'augmentation du nombre de cyclistes, il est important que ces usagers de la route respectent le code de la sécurité routière.

De 2009 à 2012, les nombre de contraventions données aux cyclistes est passé de 3690 à 6809

Le maire de l'arrondissement de Mercie/Hochelaga-Maisonneuve et membre du comité exécutif, Réal Ménard, a appelé le chef du SPVM, Marc Parent, pour lui parler de cette situation.

« Il est possible qu'on soit en situation de déséquilibre et de démesures de la part du SPVM et je suis convaincu que M. Parent va corriger la situation. C'est lui-même un cycliste », a-t-il estimé.

La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) a lancé, en mai dernier, une campagne de sensibilisation sur le partage de la route entre les automobilistes, les cyclistes et les piétons. Elle soulignait que le nombre de victimes d'accident de la route en 2012 s'élevait à 2977 piétons et 1954 cyclistes. Elle précisait que la majorité des collisions impliquaient un véhicule automobile.

Le nombre de victimes de ces accidents tend toutefois à diminuer depuis six ans, même si le nombre d'usagers a augmenté, soutient la SAAQ.

En 2012, il y a eu 18 collisions mortelles impliquant des piétons sur le territoire du SPVM, soit le même nombre qu'en 2011. Pour ce qui est des collisions avec blessures corporelles, le nombre est passé de 1435 à 1244, soit une amélioration de 13,3 %.

Des cyclistes ont été impliqués dans cinq collisions mortelles l'an dernier, une de plus qu'en 2011.

Justice et faits divers